• 7 items are tagged with Photo
  • 25 items are tagged with Prière
  • 15 items are tagged with Son
  • 12 items are tagged with Témoin
  • 30 items are tagged with Vidéo
Print

Que la Vierge Marie soit toujours notre refuge, notre consolation et la voie qui nous mène au Christ.

Les tweets de François

Francois Tweet

La corruption doit être combattue avec force. C’est un mal construit sur l’idolâtrie de l’argent qui blesse la dignité humaine.

Presque une fois par jour le Pape François poste, via le réseau Twitter, un court message, en une dizaine de langues, à des millions d'abonnés de par le monde entier. Avec un historique mensuel, nous vous proposons toutes ses perles évangéliques. L'une d'entre elles pourrait, "par hasard" aujourd'hui, vous toucher plus particulièrement.

La corruption doit être combattue avec force. C’est un mal construit sur l’idolâtrie de l’argent qui blesse la dignité humaine.

Que la Vierge Marie soit toujours notre refuge, notre consolation et la voie qui nous mène au Christ.

Tous nous avons des talents que Dieu nous a donnés, personne ne peut se dire si pauvre au point de ne pas pouvoir donner quelque chose aux autres.

Aux yeux de Dieu, aucun de ses enfants ne peut être écarté; Il confie à chacun une mission.

Nous sommes tous des mendiants de l'amour de Dieu, ce qui donne un sens à notre existence et nous offre une vie sans fin.

La foi devient tangible quand elle se concrétise dans l'amour, en particulier au service des frères et sœurs en difficulté.

Chaque personne est unique et irrépétible: renouvelons notre engagement pour que les personnes handicapées soient toujours bien accueillies dans les communautés où elles vivent.

Chers amis du Myanmar et du Bangladesh, Merci de votre accueil! J’invoque sur vous les bénédictions divines de l'harmonie et de la paix.

La sagesse de Dieu nous aide à savoir comment accueillir et accepter ceux qui agissent et pensent différemment de nous.

Tant d'ouverture est nécessaire pour accueillir les personnes qui se sentent seules et déconcertées dans la recherche du sens de la vie!

Le très Saint nom de Dieu ne peut jamais être invoqué pour justifier la haine et la violence contre d'autres êtres humains, nos semblables.

L'amour du Christ est comme un «GPS spirituel» qui nous guide infailliblement vers Dieu et le cœur de notre prochain.

J'espère que ma visite puisse embrasser toute la population du Myanmar et encourager la construction d'une société inclusive.

Aujourd’hui (fête du Christ Roi) regardons Jésus et du fond du cœur répétons : « Souviens-toi de moi, Seigneur, maintenant que tu es dans ton Royaume ! »

Alors que je me prépare à visiter le Myanmar et le Bangladesh, je désire exprimer à leurs peuples, salutation et amitié. Je suis impatient de vous rencontrer!

Il y a de l'espérance même pour qui a fait le mal. Jésus est venu pour ça: on peut se réconcilier avec Dieu et commencer une nouvelle vie.

À la fin des jours, quand le Seigneur viendra nous rencontrer, la joie sera immense. Vivons dans l’attente de cette rencontre!

Quand nous rencontrons les autres, leur portons-nous le feu de la charité ou restons-nous enfermés à nous réchauffer devant notre cheminée?

Le sourire simple et pur de Marie soit source de joie pour chacun de nous devant les difficultés de la vie.

Œuvrons ensemble pour que les enfants puissent nous regarder en souriant et conservent un regard limpide, plein de joie et d'espérance.

En ce jour, j'invite toute l'Église à garder le regard fixé sur ceux qui tendent leurs mains demandant notre solidarité.

Sans le soutien de la prière des fidèles, le Successeur de Pierre ne peut accomplir sa mission dans le monde. Je compte aussi sur vous !

Nous avons besoin de rencontrer les pauvres et d'apprendre un partage qui devienne un style de vie.

La misère n'est pas une fatalité: elle a des causes qui doivent être reconnues et supprimées, pour le bien de tant de frères et sœurs.

La foi est une grande compagne de vie: elle fait toucher avec la main la présence d'un père qui ne laisse jamais seules ses créatures.

Rien ni personne ne peut voiler la lumière que le Christ met dans le cœur et sur le visage de ses amis.

Le chrétien ne peut jamais être pessimiste!

Nous ne pouvons pas changer le monde tout seul, mais ensemble, nous pouvons semer la joie de l'Évangile en restant proche des tout-petits.

Souvenons-nous dans la prière de tous ceux qui prennent soin des personnes malades avec dévouement et esprit de sacrifice.

La science exprime sa pleine dignité lorsqu'elle sert au développement intégral de la personne et de la famille humaine.

Que se propage toujours plus une culture de la rencontre capable de faire tomber tous les murs qui divisent encore le monde!

Seule la foi peut transformer la fin de la vie terrestre en préliminaire de la vie éternelle.

Jésus de Nazareth marche avec nous pour nous introduire par sa parole et ses gestes dans le mystère profond de l'amour du Père.

La guerre cause toujours de graves dommages écologiques. Ne maltraitons pas notre maison commune, mais préservons-la pour la postérité.

Christ a vaincu la mort. Il est notre résurrection et notre vie. Soyez témoins de ce message d'espérance.

L'Église a besoin de qui annonce l'Évangile avec enthousiasme et sagesse, de qui allume l'espérance et génère la foi.

Quand on prie, il faut le courage de la foi : ayez confiance que le Seigneur nous écoute !

Nous sommes tous petits et impuissants devant le mystère de la mort. Mais quelle grâce si à ce moment nous gardons la flamme de la foi !

Chers amis, le monde a besoin de saints et nous tous, sans exception, nous sommes appelés à la sainteté. N'ayez pas peur !

Que la Vierge Marie nous aide à faire le premier pas tous les jours, pour construire la paix dans l'amour, dans la justice et la vérité.

Apprends de l'émerveillement, cultive l'étonnement. Vis, aime, crois. Et, avec la grâce de Dieu, ne désespère jamais.

Je vous invite à garder votre regard fixé sur le Seigneur Jésus-Christ pour apprendre de lui à aimer de tout votre cœur.

Porte dans le cœur les souffrances de tout être humain. Dans la prière porte tout à Dieu.

Dieu nous aime d’un amour si riche en miséricorde qu’il nous accueille, prends soin de nous et nous pardonne continuellement.

La culture de la rencontre c’est savoir qu’au-delà de nos différences, nous sommes tous des enfants de Dieu.

Soyez témoins courageux du Christ dans le milieu spécifique où vous vivez et travaillez.

Travaillons tous ensemble pour promouvoir la paix entre les peuples et pour assurer le respect des droits humains.

Jésus nous a donné une lumière qui brille dans les ténèbres: défends-la, protège-la. C'est la plus grande richesse confiée à ta vie.

Aujourd'hui (22 octobre), mémoire de Saint Jean-Paul II, rappelons-nous ses paroles: « N'ayez pas peur! Ouvrez toutes grandes les portes au Christ.

En ce jour, rappelons-nous que l'Église est missionnaire par nature: la mission est au cœur de la foi chrétienne.

L'Église est vraiment vivante si elle est maternelle, missionnaire et sort à la rencontre du prochain.

Portons la flamme de l'amour du Christ à l'humanité qui a tant besoin de vrai bonheur et de paix.

Laissez-vous guider par la tendresse divine, afin de pouvoir transformer le monde avec votre foi.

Que les artistes puissent rayonner de la beauté de la foi et proclamer la grandeur de la création de Dieu et de son amour infini pour tous.

La famille humaine a le devoir d'aider chaque personne à être libérée de la pauvreté et de la faim.

Partager impose une conversion, et c'est contraignant.

Nous devons répondre à l'impératif que l'accès à la nourriture nécessaire est un droit de tous. Un droit sans exclusions !

Comme les Saints, avec notre témoignage de vie, manifestons la joie et la beauté de vivre l'Évangile.

Nous sommes appelés à défendre et protéger la vie humaine, surtout dans le sein maternel, dans l'enfance, la vieillesse et le handicap.

Au centenaire des apparitions de Notre-Dame de Fatima, remercions Dieu pour les innombrables bénédictions accordées sous sa protection.

Notre-Dame d’Aparecida a été trouvée par de pauvres travailleurs : aujourd'hui, qu’elle bénisse spécialement ceux qui cherchent un emploi.

Comme Saint Jean XXIII, que nous célébrons aujourd'hui (11 octobre), témoignons dans l'église et au monde de la bonté de Dieu et de sa miséricorde.

Dieu ne déçoit pas ! Il a mis une espérance dans nos cœurs pour la faire germer et porter du fruit.

La recherche de la paix est un chantier toujours ouvert, une tâche sans trêve et qui exige l'engagement de tous.

Si la déception te saisit, croie à ceux qui travaillent encore pour le bien: leur humilité est la semence d'un nouveau monde.

Le Rosaire est une synthèse des mystères du Christ: contemplons-les avec Marie qui nous donne son regard de foi et d'amour.

Faisons en sorte que pour les mineurs Internet soit un lieu sûr et riche d'humanité, un réseau qui n'emprisonne pas, mais aide à grandir.

La mission de l'école et des enseignants est de développer le sens du vrai, du bien et du beau.

Comme Saint François d'Assise, laissons-nous transformer par l'amour du Christ, pour vivre dans la pauvreté et la joie.

C'est seulement dans le silence de la prière que l'on peut apprendre à écouter la voix de Dieu.

L'ange gardien est un ami que nous ne voyons pas, mais que nous sentons. Il accompagne notre chemin sur la terre jusqu’au ciel.

Comme Sainte Thérèse de l'enfant Jésus, apprenons l'humilité de Dieu qui s'est fait tout petit pour nous.

Notre époque a grand besoin de la prière – chrétiens, juifs et musulmans, pour la paix.

Thème pour la Journée de la Communication 2018 : « La vérité vous rendra libres » (Jn 8, 32). Fausses nouvelles et journalisme de paix.

Aujourd'hui, 29 septembre, c'est la fête des Archanges Michel, Gabriel et Raphaël. Prions afin qu’ils nous rappellent à tout moment la présence de Dieu.Rencontrer Jésus peut constituer un tournant décisif à notre vie, en la remplissant de sens.

Partageons sans peur le chemin des migrants et des réfugiés.

Engageons-nous pour un monde sans armes nucléaires, appliquant le Traité de non-prolifération pour abolir ces instruments de mort.

La charité est plus vraie et plus incisive si elle est vécue dans la communion.

La joie se multiplie quand elle est partagée !

Si nous sommes fidèles à Christ et que nous faisons le bien, nous pouvons répandre la lumière de l'espérance de Dieu.

L'Évangile invite avant tout à répondre à Dieu qui nous aime et qui nous sauve, en Le reconnaissant dans le prochain.

Je lance un appel pour la paix et le désarmement : ce monde blessé par la violence a besoin de fraternité entre les peuples.

L'espérance est la vertu d'un cœur qui ne se ferme pas dans l'obscurité, ne s'arrête pas au passé, mais sait voir demain.

Travaillons ensemble pour des solutions concrètes pour les pauvres, les réfugiés, les victimes de l'esclavage moderne et promouvoir la paix.

Trouvons le courage de purifier notre cœur, en enlevant les cailloux et les épines qui étouffent la Parole de Dieu.

Plus Jésus occupe le centre de notre vie, plus il nous fait sortir de nous-mêmes et nous rend plus proches des autres.

Il faut une action globale pour affronter en même temps la réduction de la pollution et le développement des pays pauvres.

Le Seigneur ne nous laisse pas orphelins : nous avons une mère, la même que Jésus. Marie prend soin de nous et toujours nous défend.

Dans le Crucifié notre espérance est renée. C’est une espérance diverse de celles du monde parce qu’elle naît de l’amour de Jésus.

La guerre est la négation de tous les droits. Prions pour ceux qui ont la responsabilité d’éviter la guerre entre les peuples.

J’encourage les leaders du monde à mettre de côté les intérêts sectoriels pour chercher ensemble le bien commun de l’humanité

Chers frères colombiens, je vous remercie! J’ai connu beaucoup de personnes qui m’ont touché au cœur. Vous m’avez fait un grand bien !

Faire le premier pas, c’est surtout aller à la rencontre des autres avec le Christ, notre Seigneur.

La charité aide à comprendre la vérité et la vérité exige des gestes de charité

Notre joie contagieuse doit être le premier témoignage de la proximité et de l’amour de Dieu.

Nombreux sont ceux qui ont faim de Dieu et de dignité aujourd’hui. Et comme chrétiens, nous devons les aider à se rassasier de Dieu.

La vérité est une compagne inséparable de la justice et de la miséricorde.

La réconciliation se consolide par la contribution de tous. Elle permet de construire l’avenir et de faire grandir l’espérance.

Chers jeunes, ne craignez pas l’avenir! Osez rêver de grandes choses ! Ravivez votre joie, signe du cœur jeune qui rencontre le Seigneur.

Je vous encourage à avoir confiance dans le Seigneur, le seul qui nous soutient et encourage à contribuer à la réconciliation et à la paix.

Chers amis, priez pour moi et toute la Colombie où je me rendrai en voyage en signe de réconciliation et de paix.

Comme Mère Teresa ouvrons des horizons de joie et d’espérance à tant de gens découragés, qui ont besoin de compréhension et de tendresse.

Jésus est présent dans tant de nos frères et sœurs qui pâtissent de la souffrance comme Lui.

Il est beaucoup plus important de nous rendre compte de combien nous sommes aimés par Dieu que de combien nous l’aimons nous-mêmes.

Jésus est toujours là, avec le cœur ouvert: Il ouvre la miséricorde qu'il a dans son cœur, pardonne, embrasse, comprends.

Seigneur, apprends-moi à te contempler dans la beauté de la création et réveille notre gratitude et notre sens de responsabilité.

Si tu fais attention au cœur, tu te découvriras proche du Seigneur et des autres.

L’Évangile invite avant tout à répondre à Dieu qui nous aime et nous sauve, en le reconnaissant dans notre prochain.

«Vous nous avez faits pour vous, et notre cœur est inquiet jusqu’à ce qu’il repose en vous» (St Augustin, Confessions, I,1,1)

Combien de mères pleurent comme Sainte Monique pour que leurs enfants se tournent vers le Christ. Ne perdez pas l’espoir dans la grâce de Dieu !

Que la Vierge Marie nous donne la grâce d’être fortement animés par l’Esprit Saint pour témoigner du Christ avec franchise évangélique.

Etre hommes et femmes d’Église signifie être hommes et femmes de communion.

Les hommes ont besoin d’espérance pour vivre, et de l’Esprit Saint pour espérer.

Le Seigneur est proche des victimes anciennes et nouvelles formes d’esclavage: travaux inhumains, trafics illégaux, exploitation.

Quand on est un peu triste, que tout semble aller de travers, pensons: «Dieu m’aime, Dieu ne m’abandonne pas».

Que l’Esprit donne la paix au monde entier, qu’il soigne les plaies de la guerre et du terrorisme.

Nous avons toujours besoin de redécouvrir l’amour et la miséricorde du Seigneur pour développer une familiarité avec Dieu.

Je prie pour toutes les victimes des récents attentats. Que la violence aveugle du terrorisme n’aie plus de place dans le monde.

Rien ne vous empêche de vivre et grandir dans l’amitié du Père Céleste et de témoigner son infinie bonté et sa miséricorde.

L’Assomption de Marie concerne notre futur: elle montre le ciel, elle annonce les cieux et une terre nouvelle, avec la victoire du Christ.

Le chemin pour se confier au Seigneur commence tous les jours, dès le matin.

Marie nous montre que l’humilité n’est pas la vertu des faibles, mais des forts qui ne maltraitent pas les autres pour se sentir importants.

Quand quelque chose nous fait souffrir, écoutons la voix de Jésus dans notre cœur: «n’aie pas peur, avance, je suis avec toi !»

Jésus ne nous laisse pas seul parce que nous sommes précieux pour Lui.

Dans le témoignage de la foi, ce ne sont pas les succès qui comptent, mais la fidélité au Christ.

Rendons grâce au Père aujourd’hui pour l’œuvre de Saint Dominique au service de l’Évangile, prêchée par la parole et la vie.

Le pardon libère le cœur et permet de recommencer: le pardon donne espoir. Sans pardon on n’édifie pas l’Église.

L’espérance est la vertu d’un cœur qui ne s’enferme pas dans le noir, dans le passé. Mais qui sait voir le lendemain.

L’autre est un don à accueillir avec respect car en lui, spécialement s’il est faible et fragile, le Christ vient à ma rencontre.

Au nom de Jésus nous pouvons démontrer par notre témoignage que la paix est possible !

L’Évangile est une Bonne Nouvelle qui porte en elle une joie contagieuse car elle renferme un choix de vie nouvelle.

On fait du bien efficacement quand on ne cherche pas de récompense dans les situations concrètes de la vie quotidienne.

Comme Saint Ignace de Loyola, laissons-nous conquérir par le Seigneur Jésus et, guidés par lui, mettons-nous au service du prochain.

Appelons toutes les personnes de foi et de bonne volonté à s’engager contre l’esclavage moderne, sous toutes ses formes.

Je confie au Père le petit Charlie. Je prie pour ses parents et les personnes qui l’ont aimé.

Les grands-parents sont importants dans la famille pour communiquer le patrimoine d’humanité et de foi essentiel pour toute société !

Lorsque nous avons besoin d’aide, adressons-nous au Père qui nous regarde toujours avec amour et ne nous abandonne jamais.

Il faut surmonter toutes les formes de racisme, d’intolérance et d’instrumentalisation de la personne humaine.

Laissons-nous guider par la Vierge Marie sur le sentier qui conduit à la sainte montagne qu’est le Christ, où Dieu et l’homme se rencontrent

L’Europe a un patrimoine idéal et spirituel unique au monde qui mérite d’être reproposé avec passion et une fraicheur renouvelée.

Confions les pêcheurs, ceux qui sont loin de chez eux et en difficulté à la même protection de Marie Etoile de la Mer.

Les migrants sont nos frères et sœurs qui cherchent une vie meilleure loin de la pauvreté, de la faim et de la guerre.

C’est beau de voir des jeunes “marcheurs de la foi”, heureux d’apporter le Christ dans chaque rue, dans tous les coins de la terre !

La mission du chrétien est magnifique. Elle concerne tous et n’exclue personne !

Il y a tant besoin d’alimenter l'espérance chrétienne, cet espérance qui donne un regard nouveau, capable de découvrir et voir le bien.

Confions-nous à l'intercession des Saints Pierre et Paul pour témoigner de l'action libératrice de Dieu sur nous.

Dieu pose son regard d'amour sur chacun de nous.

Aiguisez la vue pour voir les signes de Dieu présents dans la réalité.

Je réitère la ferme condamnation de toute forme de torture et invite à l’effort pour son abolition et le soutien des victimes et proches.

Chacun de nous est précieux; Chacun de nous est irremplaçable aux yeux de Dieu.

La miséricorde réchauffe le cœur et le rend sensible aux besoins des frères à travers le partage et la participation.

Allez, rejoignez toutes les périphéries ! Allez, et là soyez ֤Église, avec la force de l’Esprit Saint.

Ne nous laissons pas détourner par les fausses sagesses de ce monde, mais suivons Jésus l’unique guide sûr qui donne sens à notre vie.

Ne détournons pas le regard des nouvelles formes de pauvreté et de marginalisation, qui empêchent les personnes de vivre dignement.

La rencontre avec les réfugiés dissipe les peurs et les idéologies déformées et devient facteur de croissance en humanité.

Aucun de nous n’est une île, autonome et indépendante des autres. Nous ne construirons l’avenir qu’ensemble, en n’excluant personne.

Jésus s’est rompu, il se rompt pour nous. C’est l’Eucharistie. Et il nous demande de nous donner, de nous rompre pour les autres.

La préoccupation écologique est toujours aussi une préoccupation sociale. Écoutons tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres.

L’amour requiert une attitude créative, concrète. Les autres ne sont pas des nombres mais des frères dont il faut prendre soin.

L’existence de chacun de nous est liée à celle des autres: la vie n’est pas un temps qui passe, mais un temps de rencontre.

Il y a tant besoin de prière et de pénitence pour implorer la grâce de la conversion et la fin de tant de guerres dans le monde.

Dans sa Passion Jésus a pris sur lui toutes nos souffrances. Il sait le sens de la douleur, comprend, console et nous donne la force.

L’Église resplendit quand elle est missionnaire, accueillante, libre, fidèle, pauvre en moyens et riche d’amour.

La fête de la Très-Sainte-Trinité nous invite à être levain de communion, de consolation et de miséricorde.

La vie ne peut survivre que grâce à la générosité d’une autre vie.

Chacun de nous, comme membre vivant du Corps du Christ, est appelé à promouvoir l'unité et la paix.

L'humilité et la tendresse ne sont pas les vertus des faibles, mais des forts.

L'église a besoin des Saints de tous les jours, ceux de la vie ordinaire, vécue avec cohérence.

Rappelons-nous toujours que notre foi est concrète: le Verbe s’est fait chair, il ne s’est pas fait idée!

N’oublions jamais que l’environnement est un bien collectif, patrimoine de toute l’humanité, sous la responsabilité de tous.

Laissons-nous conduire avec docilité par l'Esprit Saint pour ne pas nous tromper de chemin et tomber dans la fermeture du cœur.

Promouvons avec courage tous les moyens nécessaires pour protéger la vie de nos enfants

Dans l’obscurité des conflits actuels, chacun de nous peut être un lampe allumée pour rappeler que la lumière prévaut sur les ténèbres.

Je rends grâce à Dieu pour les parents qui cherchent à vivre dans l’amour et vont de l’avant, même s’ils tombent souvent en chemin.

Apprenons de la foi forte et serviable de notre Mère Marie, pour devenir signes vivants de la miséricorde de Dieu.

La joie chrétienne vient de l'Esprit Saint, qui nous donne la vraie liberté et le don de porter Jésus aux frères.

La présence maternelle de Marie nous rappelle que Dieu ne se lasse jamais de se pencher avec miséricorde sur l’humanité.

J’exhorte tous à une communication constructive qui rejette les préjugés envers l'autre et transmette espérance et confiance en notre temps.

Prions ensemble pour nos frères coptes égyptiens qui ont été tués parce qu'ils ne voulaient pas renier la foi.

L’avenir de nos sociétés exige de la part de tous, spécialement des institutions, une attention concrète à la vie.

Dans l’Ascension de Jésus, nous participons à la plénitude de vie près de Dieu. Portons la déjà dans le cœur par les routes du monde.

Avec les catholiques en Chine, confions-nous à Marie, pour avoir la grâce de supporter avec patience et vaincre les difficultés avec amour.

C’est dans le dialogue que peut se projeter un avenir partagé. C’est par le dialogue que nous construisons la paix, en prenant soin de tous.

Nous sommes appelés à vivre non pas sans les autres, sur ou contre les autres, mais avec les autres, pour les autres, et dans les autres.

Marie nous enseigne à espérer en Dieu même quand tout semble dénué de sens, même quand Dieu semble caché.

La paix repose sur la justice, le développement humain intégral, le respect des droits humains, la protection de la création.

Cherchons à tenir toujours haut le “niveau” de notre vie, en rappelant pour quel grand prix nous existons, travaillons, luttons, souffrons.

Dieu fait pousser ses fleurs les plus belles au milieu des pierres les plus arides.

Notre espérance, c’est le Seigneur Jésus que nous reconnaissons vivant et présent en nous et chez nos frères.

Jésus demande à être regardé, à être reconnu, à être aimé.

Pour suivre fidèlement Jésus, demandons la grâce de le faire non en paroles mais en actes, et d’avoir la patience de supporter notre croix.

Demandons ensemble dans la prière, le don de la compréhension de la Parole de Dieu.

Fatima est le manteau de lumière qui nous couvre quand nous nous réfugions sous la protection de Marie pour lui demander : montre-nous Jésus

Chaque fois que nous regardons Marie nous voulons croire en la force révolutionnaire de la tendresse et de l’affection.

Ici, à Fatima, je loue le Christ, notre paix, et pour le monde je demande la concorde entre tous les peuples.

Je demande à tous de vous unir à moi, pèlerins d’espérance et de paix : que vos mains en prière continuent de soutenir les miennes

Avec Marie, demain à Fatima, pèlerin dans l’espérance et dans la paix. Tournons-nous vers elle : tout est don de Dieu, notre force.

Dieu est plus grand que le néant, et une bougie allumée suffit pour vaincre la plus obscure des nuits.

Tous ont une contribution à offrir à la société, personne n’est exclu en vue d’apporter quelque chose pour le bien de tous.

Jésus, qui a vaincu les ténèbres du péché et de la mort, qu’il donne la paix à notre temps.

Laissons-nous provoquer par les paroles et gestes de Jésus, recevons de lui une vie pleinement humaine, joyeuse de se consacrer à l’amour.

Réjouis-toi, car ta vie cache un germe de résurrection, un don de vie qui attend d’être réveillé.

A travers les temps, le Ressuscité ne se lasse pas de nous chercher, nous ses frères égarés dans les déserts du monde.

Laissons-nous surprendre par la nouveauté que seul le Christ peut offrir. Que sa tendresse et son amour guident nos pas.

Que notre attitude soit douce et humble, sensible aux soins des pauvres.

Cultivons la fraternité et le partage : c’est la collaboration qui aide à bâtir des sociétés meilleures et pacifiques.

Saint-Joseph donne aux jeunes la capacité de rêver, de risquer pour les grandes choses, les choses que Dieu rêve pour nous.

Par sa résurrection, Jésus nous a libérés de l’esclavage du péché et de la mort et nous a ouvert le passage vers la vie éternelle.

La présence de Jésus se transmet avec la vie et parle le langage de l’amour gratuit et concret.

Le Seigneur nous accorde de repartir aujourd’hui, ensemble, en pèlerins de communion et messagers de paix.

Nous sommes appelés à marcher ensemble, convaincus que l’avenir de tous dépend aussi de la rencontre entre les religions et les cultures.

S’il vous plait, priez pour mon voyage demain comme pèlerin de paix en Égypte.

Promouvons l’amitié et le respect entre les hommes et les femmes des diverses traditions religieuses pour construire un monde de paix.

Il est mort, il est enseveli, il est ressuscité et il est apparu : Jésus est vivant! C’est le noyau du message chrétien.

Si nous avions la Parole de Dieu toujours dans notre cœur, aucune tentation ne pourrait nous éloigner de Dieu.

Demandons la grâce de ne jamais nous fatiguer de puiser chez Jésus la miséricorde du Père et de la porter au monde.

La miséricorde de Dieu est éternelle : elle ne finit pas, ne s’épuise pas, ne cède pas devant les fermetures, et ne se fatigue jamais.

Seigneur, guéris nos vies, que nous soyons gardiens et non prédateurs du monde, semions la beauté et non la pollution ni la destruction.

Lorsque nous avons touché le fond de notre faiblesse, Christ ressuscité nous donne la force de nous relever.

Si Christ est ressuscité, nous pouvons regarder avec des yeux et un cœur nouveaux chaque événement de notre vie, même les plus négatifs.

Méditons avec émerveillement et reconnaissance le grand mystère de la résurrection du Seigneur.

Cette semaine de Pâques, ça nous fera du bien de lire chaque jour un passage de l’Évangile où l’on parle de la résurrection du Christ.

Oui, nous en sommes certains : le Christ est vraiment ressuscité !

Bonnes fêtes de Pâques ! Portez à tous la joie et l’espérance du Christ ressuscité !

C’est la fête de notre espérance, la célébration de la certitude que rien ni personne ne pourra jamais nous séparer de l’amour de Dieu.

Ô Croix du Christ, enseigne-nous que l’aube du soleil est plus forte que l’obscurité de la nuit et l’amour éternel de Dieu vainc toujours.

Ça fait du bien de s’ouvrir, car c’est le propre du cœur de Dieu de déborder de miséricorde, déborder, répandant sa tendresse.

Si le mystère du mal est abyssal, infinie est la réalité de l’Amour de Dieu qui l’a traversé et l’a vaincu.

Jésus vient nous sauver et nous sommes appelés à choisir sa route : la route du service, du don, de l’oubli de soi.

Tournons le regard vers Jésus, demandons la grâce de comprendre mieux le mystère de son sacrifice pour nous cette Semaine Sainte.

Ô Croix du Christ, suscite en nous le désir de Dieu, du bien et de la lumière.

Chers jeunes, n’ayez pas peur de dire “oui” à Jésus avec tout l’élan du cœur, de lui répondre généreusement et de le suivre !

Le Carême est un temps de pénitence destiné à nous faire ressusciter avec le Christ, à renouveler notre identité baptismale.

L’espérance est celle qui ouvre le croyant aux surprises de Dieu.

Essayons de suivre les traces du Christ concrètement, en nous mettant au service des frères et sœurs dans le besoin.

Aujourd’hui : Journée Mondiale contre les mines antipersonnel. Renouvelons, s’il vous plaît, l’engagement pour un monde sans mines !

Le Carême est par sa nature un temps d’espérance car il nous conduit à renaître «d’en haut», de l’amour de Dieu.

Quand l’esprit saint habite nos coeurs, il nous fait comprendre que le Seigneur est proche et qu’il prend soin de nous.

Même dans les moments les plus durs et bouleversants, la miséricorde et le bonté du Seigneur sont plus grands que toute chose.

Jeûner orgueilleux de coeur fait plus de mal que de bien. Le premier jeûne c’est l’humilité.

La prière est puissante, la prière vainc le mal, la prière apporte la paix.

La paix qui nait de la foi est un don: c’est la grâce de faire l’expérience que Dieu nous aime et qu’il est toujours à nos côtés.

Si nous apprenons à lire tout chose à la lumière de l’Esprit Saint, nous verrons que tout est grâce !

Garder le trésor de toute vie humaine, de sa conception à sa fin, est le meilleur moyen de prévenir toute forme de violence.

Le Carême est un moment favorable à pour intensifier la vie de l’esprit à travers le jeûne, la prière et l’aumône.

La Parole de Dieu est une force vive, capable de susciter la conversion dans le cœur des hommes.

Souvenons-nous des frères et soeurs qui souffrent des persécutions à cause de leur foi. Unissons-nous à eux.

Le Jeûne est fécond si il est accompagné de l’amour concret pour le prochain en difficulté.

Que la certitude de la foi soit le moteur de notre vie.

Même si nous sommes des hommes de peu de foi, le Seigneur nous sauve. Espérons toujours dans le Seigneur !

Il est urgent de semer le bien: cultiver la justice, accroitre la concorde, soutenir l’intégration, sans jamais se fatiguer.

Saint-Joseph, Époux de Marie et Patron de l’Église universelle, vous bénisse et vous garde. Et meilleurs vœux aux papas !

Je vous invite à construire des ponts, pas des murs, à vaincre le mal par le bien, l’offense par le pardon, à vivre en paix avec tous.

L’Eglise souhaite être proche de chacun à travers l’amour, la compassion et le réconfort qui nous viennent du Christ.

Jeûner n’est pas uniquement renoncer à la nourriture, mais à toute tentation morbide, surtout le péché.

La Parole de Dieu nous aide à ouvrir les yeux pour accueillir la vie et l’aimer, surtout quand elle est faible.

Prions les uns pour les autres afin de savoir ouvrir nos portes au faible et au pauvre.

L’Esprit Saint nous guide vers un vrai chemin de conversion, pour redécouvrir le don de la Parole de Dieu.

Le Carême est un temps favorable pour se renouveler en rencontrant le Christ vivant dans sa parole, les Sacrements et notre prochain.

De l’amour à la haine, le chemin est facile. Celui de la haine à l’amour est plus complexe, mais il apporte la paix.

En ce Carême essayons de jeûner non pas en faisant la moue mais avec le sourire.

Je vous demande s’il vous plait de prier aussi pour moi et mes collaborateurs, qui serons en exercices spirituels jusqu’à vendredi.

Jésus est l’ami fidèle qui ne nous abandonne jamais: même dans le péché, il attend patiemment notre retour vers Lui.

Le Carême nous invite puissamment à la conversion: nous sommes appelés de tout cœur à aller vers elle.

Jeûner ce n’est pas seulement se priver de pain. C’est aussi partager le pain avec l’affamé.

Dieu est toujours fidèle et ne cesse jamais de nous aimer, de suivre nos pas et de courir après nous quand nous nous éloignons un peu.

Le Carême est un nouveau commencement, un chemin vers une destination sûre : la Pâques de la Résurrection, la victoire du Christ sur la mort

La prière est la clé qui ouvre le cœur miséricordieux de Dieu.

Quand votre parcours est marqué par la précarité et par la chute, Dieu riche en miséricorde, tend sa main pour vous relever.

Persévérons dans la prière, afin que s’accomplisse le désir de Jésus: «Que tous soient un».

En annonçant à tous l’amour et la tendresse de Jésus, nous devenons des apôtres de la joie de l’Évangile. Et la joie est contagieuse!

Ne sous-estimons pas l’exemple, car il a plus de force que mille mots, mille « j’aime » ou retweets, mille vidéos sur YouTube.

Jésus a confié les clefs à Pierre pour ouvrir l’entrée du Royaume des cieux, pas pour la fermer.

Dieu sait mieux que nous ce dont nous avons besoin ; Faisons-lui confiance, car ses voies sont très différentes des nôtres.

Si le mal est contagieux, le bien l’est aussi. Laissons-nous contaminer par le bien et contaminons par le bien !

entons-nous poussés par le Saint-Esprit pour discerner avec courage des voies nouvelles dans l’annonce de l’Évangile.

Combien de fois dans la Bible, le Seigneur nous demande d’accueillir migrants et étrangers, nous rappelant d’être aussi des étrangers!

Un cœur jeune ne supporte pas l’injustice et ne peut se plier à la culture du rebut, ni céder à la globalisation de l’indifférence.

Je vous invite à lutter contre la pauvreté soit matérielle, soit spirituelle ; édifions la paix et construisons des ponts.

La culture du rebut n’est pas de Jésus. L’autre est mon frère, par-dessus toutes les barrières sociales, la nationalité, la religion.

C’est beau de savoir que le Seigneur prend soin de nos faiblesses, nous relève avec patience et nous donne la force de recommencer.

Ne posons jamais de conditions à Dieu ! Avoir confiance en Dieu veut dire entrer dans ses desseins sans rien prétendre.

La dignité des enfants doit être respectée : demandons que soit éliminer l’esclavage des enfants soldats dans le monde entier.

Je désire vous encourager tous à contempler en Marie, Salut des malades, la garante de la tendresse de Dieu pour chaque être humain.

Soyons proches des frères et sœurs qui vivent l’expérience de la maladie et de leurs familles.L’espérance ouvre de nouveaux horizons, rend capables de rêver ce qui n’est même pas imaginable.

Qui favorise la traite des personnes est responsable devant Dieu. Prions pour la conversion des cœurs.

Écoutons le cri de tant d’enfants réduits en esclavage. Que personne ne reste indifférent à leur douleur.

Devenir croyants signifie apprendre à voir avec les yeux de la foi.

Celui qui ne croit pas ou ne cherche pas Dieu peut-être n’a-t-il pas senti l’inquiétude d’un témoignage.

Agis ! Vis ! Et face à ta vie, à ton témoignage, quelqu'un te demandera : pourquoi vis-tu comme ça ?

N’oublions jamais de prier les uns pour les autres. La prière est notre plus grande force.

La vie consacrée est un grand don de Dieu : don de Dieu à l’Église, don de Dieu à son Peuple.

Dieu veut que tous les hommes se reconnaissent frères et vivent ainsi, formant la grande famille humaine dans l’harmonie de la diversité.

Imitons l’attitude de Jésus envers les malades : il prend soin de tous, partage leur souffrance et ouvre le cœur à l’espérance.

Rien n’est impossible si nous nous tournons vers Dieu dans la prière. Tous nous pouvons être des artisans de la paix.

Seigneur, Dieu de la paix, écoute notre supplication et donne-nous la paix en Terre Sainte. Shalom, salaam, paix !

Le Royaume de Dieu est déjà parmi nous, comme une semence cachée. Qui a le regard pure peut le voir germer.

Aujourd'hui, je désire faire mémoire de toutes les victimes de l’Holocauste.Que leurs souffrances, leurs larmes ne soient jamais oubliées.

L’espérance fait germer la vie nouvelle comme la plante pousse de la semence tombée en terre.

J’aime à répéter que l’Unité des Chrétiens se fait en marchant ensemble, par la rencontre, la prière et l’annonce de l’Évangile.

Offrons aux hommes et aux femmes de notre temps des récits marqués par la logique de la « bonne nouvelle »

« Ne crains pas, car je suis avec toi » – communiquons espérance et confiance en notre temps !

L’unité de l’amour se réalise quand nous annonçons les merveilles que Dieu a fait pour nous.

Avec Saint Dominique « allons de l’avant avec joie, en pensant à notre Sauveur.

L’Unité des Chrétiens n’est pas le fruit de nos efforts humains, mais un don qui vient d’en haut.

L’unité des chrétiens naît du Christ. Nous voulons vivre l’unité, parce que nous voulons suivre Jésus et vivre son amour.

De l’intimité de notre foi en Jésus Christ surgit l’exigence d’être unis à lui.

La paix est une “vertu active” qui demande l’engagement et la collaboration de chaque personne et du corps social tout entier.

Une véritable paix ne pourra jamais advenir tant qu’il y aura même un seul être humain violé dans son identité personnelle.

Que la Sainte famille veille sur tous les mineurs migrants et accompagne ceux vulnérables et sans voix sur leur chemin.

L’exploitation sans scrupules fait du mal aux enfants réduits en esclavage. Que Dieu bénisse tous ceux qui les libèrent.

Les enfants obligés de fuir, surtout s’ils sont seuls, sont plus démunis et plus vulnérables. Prions pour eux et aidons-les.

Les mineurs migrants, surtout non accompagnés, sont particulièrement vulnérables. Donnons-leur tous un coup de main.

Chacun peut contribuer à une culture de la miséricorde dans laquelle personne ne regarde l’autre avec indifférence.

Je souhaite que fleurissent entre nos pays et leurs peuples les occasions de travailler ensemble et de construire une paix authentique.

Il n’y pas de vraie paix si chacun revendique toujours ses droits, sans prendre soin du bien des autres.

Que la Vierge Marie nous aide à suivre Jésus sur le chemin de la foi et de la charité, la voie tracée par notre baptême.

Souvenons-nous de nos frères et sœurs de l’Orient chrétien, catholiques et orthodoxes, qui aujourd'hui célèbrent Noël.

Comme les mages, nous aussi marchons, attentifs, infatigables et courageux, pour trouver le Dieu invisible qui est né pour nous.

Que ce soient la charité et la non-violence qui guident la manière dont nous nous traitons les uns les autres.

Être aujourd’hui de vrais disciples de Jésus signifie adhérer également à sa proposition de non-violence.

Puisse la non-violence devenir le style caractéristique de nos décisions, de nos relations, de nos actions.

Au début de cette nouvelle année, je présente mes vœux sincères de paix aux peuples et aux nations du monde.

Confions à Marie, la très Sainte Mère de Dieu la nouvelle année, pour que croissent la paix et la miséricorde dans le monde entier.

À la fin de l’année, souvenons-nous des jours, des semaines, des mois que nous avons vécu, pour remercier et tout offrir au Seigneur.

Sainte famille de Nazareth, accorde à nous tous de reconnaître le caractère sacré de la famille, sa beauté dans le dessein de Dieu.

Laissons-nous toucher par la tendresse qui sauve ; approchons-nous de Dieu qui se fait proche, arrêtons-nous pour regarder la crèche

Dieu, épris de nous, nous attire par sa tendresse, naissant pauvre et fragile au milieu de nous, comme un de nous.

Noël a surtout une saveur d’espérance parce que, malgré nos ténèbres, la lumière de Dieu resplendit.

En la fête de St Étienne, rappelons-nous les martyrs d’hier et d’aujourd'hui. Vainquons le mal avec le bien, la haine avec l’amour.

Christ est né pour nous, exultons en ce jour de notre salut !

Comme les bergers de Bethléem, puissent nos yeux s’émerveiller en contemplant dans l’enfant Jésus le Fils de Dieu

Le Seigneur se fait homme pour cheminer avec nous dans la vie quotidienne.

Elle est proche la naissance de Jésus, qui vient assumer notre faiblesse.

La miséricorde suscite la joie, car le cœur s’ouvre à l’espérance d’une vie nouvelle.

La miséricorde est l’action concrète de l’amour de Dieu qui, en pardonnant, transforme et change la vie.

Rien de ce qu’un pécheur qui se repent place devant la miséricorde de Dieu ne peut demeurer sans l’étreinte de son pardon.

J’exprime solidarité aux migrants du monde et remercie ceux qui les aident : accueillir l’autre c’est accueillir Dieu en personne!

Notre joie vient de la certitude que le Seigneur est proche, avec sa tendresse, sa miséricorde, son pardon et son amour.

(17/12 jour de mes 80 ans) Je vous remercie pour votre affection. N’oubliez pas de prier pour moi.

Le pardon est le signe le plus visible de l’amour du Père, que Jésus a voulu révéler dans toute sa vie.

L’amour de Dieu qui sait lire dans le cœur de chacun, pour en saisir le désir le plus caché, doit avoir le primat sur tout.

C’est le moment de libérer l’imagination de la miséricorde pour faire naître de nombreuses œuvres nouvelles, fruits de la grâce.

Aujourd'hui, je voudrais que chacun fasse mémoire de sa propre histoire, du don reçu du Seigneur.

En la fête de notre Dame de Guadalupe, confions-lui les peuples américains et la Mission de l’Église sur ce continent.

Que l’Avent soit un temps d’espérance. Allons à la rencontre du Seigneur qui vient à notre rencontre.

Travaillons tous avec décision pour que personne ne soit exclue de la reconnaissance effective des droits humains fondamentaux.

Prions pour toutes les victimes de génocide et engageons-nous pour que ce crime ne se reproduise plus dans le monde.

Apprenons de la Vierge Marie d’avoir un cœur humble et capable d’accueillir les dons de Dieu.

L’Église ne grandit pas par prosélytisme mais « par attraction ».

Jésus a donné un sens à ma vie ici sur terre et me donne l’espérance pour la vie future.

Jésus enseigne à aller toujours à l’essentiel et à assumer la responsabilité de la propre mission.

L’Avent est le temps pour préparer nos cœurs à accueillir Christ Sauveur, notre espérance.

Nous sommes tous invités à sortir comme missionnaires et porter le message de l’amour de Dieu à toute personne et en tout lieu.

J’invite toutes les personnes de bonne volonté à agir contre la traite des personnes et les nouvelles formes d’esclavage.

Souvenons-nous aujourd'hui du bienheureux Charles de Foucauld, qui disait : la foi c’est voir Jésus en chaque être humain.

En la fête de l’Apôtre André j’exprime avec affection fraternelle ma proximité au patriarche Bartholomée et prie pour lui et son Église.

Jésus nous appelle à être porteurs de joie et de consolation, comme ses témoins miséricordieux.

La miséricorde n’est pas une parenthèse dans la vie de l’Église, mais elle en constitue l’existence même, et rend tangible l’Évangile.

Avec l’Avent, nous nous mettons tous en route, à travers le temps, vers Jésus, vers son Royaume de Justice et de paix.

Après le Jubilé, regarder en avant continuant à vivre avec fidélité, joie et enthousiasme, la richesse de la miséricorde divine.

Combien de femmes accablées du poids de la vie et du drame de la violence ! Le Seigneur les veut libres et en toute dignité

Il faut sortir de nous-mêmes pour rencontrer les autres. Si nous ne le faisons pas, nous aussi chrétiens tombons malades de division.

Que le Saint-Esprit nous aide à être patients pour supporter, humbles et simples pour conseiller.

Comme je désire que les années à venir soient remplies de miséricorde pour que toute personne rencontre la bonté et la tendresse de Dieu!

Souvenons-nous avec gratitude des personnes consacrées qui dans les monastères prient pour l’Église et le monde.

Confions l’Église, l’humanité entière et l’immense cosmos au Seigneur, pour qu’il répande sa miséricorde sur toutes les créatures.

Qu’à tous, croyants ou pas, puisse parvenir le baume de la miséricorde comme signe du Règne de Dieu déjà présent au milieu de nous.

Nous refermons aujourd’hui la Porte Sainte, en rendant grâce à Dieu qui nous a donné ce temps extraordinaire de grâce.

Que l’année jubilaire qui se termine aujourd’hui continue de porter fruit dans les cœurs et les œuvres des croyants.

La miséricorde de Dieu envers nous est liée à notre miséricorde envers notre prochain.

Si vous préférez un cœur plein d’amour, soyez miséricordieux!

Il ne suffit pas d’expérimenter la miséricorde de Dieu dans notre vie, nous devons en être l’instrument pour les autres.

Ne recherchons pas je ne sais quelle entreprise à réaliser : les personnes les plus proches de nous ont besoin de notre aide.

Si chacun de nous, chaque jour, accomplit une œuvre de miséricorde, cela sera une révolution dans le monde!

Dans un monde malheureusement atteint par le virus de l’indifférence, les œuvres de miséricorde sont le meilleur antidote.

Si tu veux trouver Dieu, cherche-le là où il se cache : dans les plus pauvres, les malades, les affamés, les prisonniers.

Devant la porte sainte, nous demandons: «Seigneur, aide-moi à ouvrir toute grande la porte de mon cœur!».

Chers amis, ne l’oublions jamais à travers les personnes dans le besoin, c’est Jésus lui-même que l’on rencontre.

N’oublions pas la beauté ! L’humanité en a tant besoin.

Faisons briller la miséricorde de Dieu dans notre monde à travers le dialogue, l’accueil mutuel et la collaboration fraternelle.

La prophétie est l’annonce qu’il y a quelque chose de plus vrai, plus beau, plus grand, de meilleur, auquel nous sommes tous appelés.

Aucune cellule n’est assez isolée pour exclure le Seigneur. Son amour arrive partout. Je prie pour que chacun ouvre son cœur à cet amour.

Le pardon est l’essence de l’amour qui sait comprendre l’erreur et y porter remède.

Laissons-nous émouvoir par le regard de Dieu ; son unique désir est que nous restions unis comme des sarments vivants à son Fils Jésus.

La vie chrétienne est un chemin : ce n’est pas un chemin triste, mais joyeux.

Avec la foi arrêtons-nous auprès des tombes de nos proches, priant aussi pour les morts dont personne ne se souvient.

Le Père nous regarde et son regard d'amour nous encourage à purifier notre passé et à marcher dans l’unité.

Les saints ont découvert le secret du vrai bonheur, qui habite au fond de l’âme et prend sa source dans l’amour de Dieu.

L’unité des chrétiens est une priorité, parce que nous reconnaissons que ce qui nous unit est plus que ce qui nous divise.

Demandons au Seigneur que sa parole, source de lumière et de vie, rende les chrétiens toujours plus unis.

Je vous demande de prier pour mon voyage en Suède afin qu’il contribue à l’unité de tous les chrétiens.

Abandonnons le langage de la condamnation pour embrasser le langage de la miséricorde.

Prions pour les frères et sœurs qui sont discriminés et paient de leur personne leur fidélité à l’Évangile.

La logique de la charité consiste à tout perdre afin que gagnent l’unité et l’amour.

L’amour est l’œuvre patiente de personnes qui se mettent à l’écoute en se rapprochant des autres.

Aujourd’hui, nous avons impérieusement besoin que la politique et l’économie, se mettent au service de la vie.

Nous sommes disciples, missionnaires et porteurs du Christ, là où il veut être présent.

N’ayez pas peur ! Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ ! - Saint Jean Paul II, 22 octobre 1978

Les personnes malades et pauvres, ainsi que l’enfant à naître, sont image de Dieu, dignes du plus grand respect.

Seigneur, aide-nous Toi ! Donne-nous Toi la paix, guide-nous Toi vers la paix. Marie, notre mère, prie pour nous.

Je souhaite que rien ne vous empêche de croître dans l’amitié avec Dieu.

Allons de l’avant avec courage, sur ce chemin vers la sainteté.

Aujourd'hui Ste Teresa d’Avila nous invite à prier davantage, pour rester plus proche de Dieu et améliorer notre vie.

Dieu ne cesse jamais de vouloir notre bien, même quand nous péchons.

Nous vivons l’Évangile quand nous aidons les plus petits et les plus vulnérables.

Je confie tous les migrants mineurs à la protection de la Sainte Famille de Nazareth.

Personne n’est étranger dans la communauté chrétienne.

Les enfants ont le droit à un milieu familial sain et protégé.

Pour vivre heureux il est nécessaire de laisser tomber la rancune, la colère, la violence et la vengeance

Il n’y a pas de peine valable sans espérance.

Nous, les chrétiens, nous avons une Mère, la même que Jésus, nous avons un Père, le même que Jésus. Nous ne sommes pas orphelins !

La Vierge Marie veut porter à nous tous le grand don qu’est Jésus, et avec Lui il nous porte son amour, sa paix, sa joie.

Le Rosaire est la prière qui accompagne toujours ma vie. C’est aussi la prière des simples et des saints… C’est la prière de mon cœur.

Le dialogue œcuménique et interreligieux n’est pas un luxe, mais quelque chose dont le monde, blessé et déchiré, a toujours plus besoin.

À Marie, je confie les angoisses et les douleurs des populations victimes innocentes de conflits en tant d’endroits du monde.

Que le Seigneur, qui crée l’harmonie des différences, garde toujours ces régions aimées du Caucase.

Dieu change le monde en changeant nos cœurs. Lorsqu’il trouve un cœur ouvert et confiant, il peut accomplir des merveilles

Les pauvres et les faibles sont la chair du Christ qui interpelle les chrétiens de toutes confessions.

Dieu ne se connait pas par des réflexions profondes et des hautes-études, mais par la petite porte d’un cœur humble et confiant. re proche de la périphérie des hommes et des femmes que nous rencontrons tous les jours.

Seigneur Jésus, étends l’ombre de ta croix sur les peuples en guerre. Qu’ils apprennent le chemin de réconciliation, dialogue et pardon.

Je pars aujourd'hui pour la Géorgie et l'Azerbaïdjan. Accompagnez-moi par vos prières pour semer ensemble paix, unité et réconciliation.

Le Seigneur a confié aux archanges le devoir de défendre l’homme.

Qu’il serait beau de transmettre un monde meilleur que celui que nous avons reçu !

Promouvons un tourisme durable qui conduit au développement et à la rencontre des populations locales et évite toute sorte de discrimination.

Dans le frère que nous aidons, nous reconnaissons le visage de Dieu que personne ne peut voir.

Le monde a besoin de signes concrets de solidarité, surtout face à la tentation de l’indifférence.

Marchons ensemble, en prenant soin les uns des autres, mais aussi de la Création, notre maison commune.

Dieu ne se fatigue pas de toujours nous offrir son pardon, à chaque fois que nous le demandons.

Plus nous nous laissons toucher par l’amour de Dieu, plus notre vie se régénère.

Le dialogue ne peut naître que si je peux reconnaître l’autre comme un don de Dieu et accepter qu’il ait quelque chose à me dire.

Chaque rencontre avec l’autre est une petite graine qui peut devenir un arbre luxuriant dont beaucoup pourront se nourrir.

Vivre la mission dans le service, la seule façon d'être un disciple de Jésus.

Comme chrétiens, nous avons la responsabilité d’être des missionnaires de l’Evangile.

Le signe concret que nous avons vraiment rencontré Jésus est la joie que nous éprouvons en le communiquant également aux autres.

Seuls celui qui se fait petit devant le Seigneur, peut éprouver la grandeur de sa miséricorde.

L'Église est appelée à marcher avec Jésus sur les routes du monde, pour rencontrer l'humanité d'aujourd'hui.

Le pardon de l’Eglise doit avoir la même ampleur que le pardon de Jésus sur la Croix, et de Marie unie à Lui.

Demandons une foi qui nous permette d’avoir confiance en Dieu dans toutes les circonstances de notre vie.

Un salut à tous les athlètes et aux athlètes des Jeux paralympiques : que le sport soit une occasion d’épanouissement et d’amitié.La Parole de Dieu peut faire revivre un cœur desséché.

La Miséricorde peut réellement contribuer à la construction d'un monde plus humain.

Le Seigneur est présent tous les jours, il frappe à la porte de notre cœur.

Offrir le témoignage de la miséricorde dans le monde d'aujourd'hui est une tâche à laquelle personne ne peut se soustraire.

Dieu s’attendrit toujours quand nous nous repentons.

Quel grand don que le Seigneur nous a donné en nous apprenant à pardonner pour faire l’expérience de la miséricorde de Dieu!

Qui construit sur Dieu construit sur le roc, parce que Dieu est toujours fidèle, même quand nous manquons de fidélité.

Portons le sourire de Mère Teresa dans le cœur et offrons-le à ceux que nous rencontrons sur notre chemin.

Imitons Mère Teresa qui a fait des œuvres de miséricorde l'orientation de sa vie et de son chemin vers la sainteté.

La charité signifie être proche de la périphérie des hommes et des femmes que nous rencontrons tous les jours.

Dieu nous a donné la terre pour la cultiver et la garder avec respect et équilibre.

La miséricorde de Dieu envers nous, nous encourage à être miséricordieux envers les autres.

Une prière facile à dire chaque jour: «Seigneur, je suis un pécheur: Viens avec ta miséricorde.»

Un vent puissant de sainteté accompagne le Jubilé extraordinaire de la Miséricorde dans toutes les Amériques.

En consolant ceux qui souffrent, nous serons en mesure de construire un monde meilleur.

La traite des êtres humains, des organes, le travail forcé, l'esclavagisme moderne et la prostitution sont des crimes contre l'humanité.

La Miséricorde, ce n’est pas faire de l’angélisme. C’est la vérification de notre vraie nature de disciples de Jésus.

Là où il y a l’amour, là aussi il y a compréhension et pardon.

N’abandonnons jamais la prière, même quand il nous semble inutile de prier.

Dans la croix, nous pouvons toucher la miséricorde de Dieu et nous laisser émouvoir par sa miséricorde!

Je vous confie aux soins maternels de notre Mère, qui vit dans la gloire de Dieu et toujours accompagne notre chemin.

Demandons à Marie, notre Mère, de nous aider à prier avec un coeur humble.

Que les gens voient dans nos vies l’Évangile : un amour généreux et fidèle au Christ et aux autres.

Dans la confession, nous rencontrons l’étreinte miséricordieuse du père. Son amour nous pardonne toujours.

Une société avec diverses cultures doit rechercher l’unité dans le respect.

Exigeons que soient respectés les peuples autochtones, menacés dans leur identité et leur existence même.

Lorsque dans une famille, il y a le dialogue, les tensions se résolvent bien.

Aux actes de haine et de destruction, opposons la bonté. Vivons en société avec diverses cultures et religions, mais soyons frères.

Félicitations aux athlètes de Rio 2016 ! Soyez toujours des messagers de Fraternité et d’esprit sportif authentique.

Le pardon de Dieu ne connaît pas de limites... Dieu regarde le cœur qui demande à être pardonné.

Le secret de la joie : ne pas éteindre la belle curiosité mais s’impliquer, car la vie ne peut s’enfermer dans un casier.

Un immense « merci » à vous, chers jeunes! Du ciel St Jean Paul II s’est réjouit et vous aidera à porter partout la joie de l’Évangile

Jésus te parle tous les jours. Que son Évangile devienne le tien et ton « navigateur » sur les chemins de la vie!

Dieu compte sur toi pour ce que tu es et non pour ce que tu as. Tu as du prix à ses yeux et ta valeur est inestimable.

Dieu nous aime comme nous sommes, et aucun péché, défaut ou erreur ne lui fera changer d’avis.

Jésus t’ appelle à laisser ton empreinte dans la vie, une empreinte qui marque ton histoire et celle de tant d’autres

Dieu t’invite à rêver, il veut te montrer que le monde peut être différent avec toi.

Nous sommes venus au monde pour y laisser une empreinte.

Jésus cherche des cœurs ouverts et tendres envers les faibles, jamais durs ; des cœurs dociles et transparents.

Jésus désire des cœurs vraiment consacrés, qui vivent du pardon reçu de lui, pour le reverser avec compassion sur les frères.

"Je veux la Miséricorde et non le sacrifice" François.

Ce soir, chers jeunes, le Seigneur vous renouvelle l’invitation à devenir des protagonistes dans le service.

Embrassant la Croix, Jésus embrasse nudité et faim, soif et solitude, douleur et mort des hommes et des femmes de tous les temps.

Qui accomplit ces œuvres de miséricorde, n’a pas peur de la mort.

J’aimerais que nous soyons capables de nous tenir à côté des malades à la manière de Jésus, dans le silence, par une caresse, par la prière.

C’est Jésus-Christ qui nous pousse à lever les yeux et rêver grand. En ces jours de la JMJ, Jésus veut entrer dans notre maison.

Un cœur miséricordieux a le courage de quitter le confort et sait aller vers les autres, parvient à embrasser tous.

Le Seigneur aime s’immerger dans notre quotidien, pour marcher avec nous.

Le Seigneur se tient au milieu de nous et prend soin de nous, sans décider à notre place.

Chers jeunes, restons unis dans la prière pour que cette  JMJ soit riche en fruits spirituels. À demain!

Chers jeunes, offrons au monde une mosaïque de tant de races, cultures et peuples au nom de Jésus !

Chers jeunes, je bénis vos pas vers Cracovie pour un pèlerinage de foi et de fraternité

N’oublions pas les personnes âgées et les malades qui souvent restent seules l’été, et peuvent se trouver en difficulté.

Je prie pour les victimes de l'attentat de Nice et les familles. Je demande à Dieu de changer le cœur des violents aveuglés par La haine.

Les vacances sont un moment pour se reposer, mais aussi pour se régénérer l’esprit, notamment en lisant plus calmement l’Évangile.

Mes audiences sont suspendues ce mois-ci, mais je ne cesse de prier pour vous. Et vous, s’il vous plait, priez pour moi !

Unissons nos forces, à tous les niveaux, afin que la paix soit possible dans la bien-aimée Syrie.

L’été est pour beaucoup l’occasion de se reposer. C’est aussi un moment favorable pour entretenir des relations humaines.

Aimer et pardonner comme le fait Dieu. Voilà un programme de vie qui ne peut connaitre ni interruption, ni exception.

La joie véritable dont on fait l’expérience dans la famille n’est pas une chose due à un hasard ou fortuite, mais fondée et stable.

Aujourd’hui, dans le monde du travail, il est urgent d’éduquer à parcourir la route lumineuse et difficile de l’honnêteté.

La joie véritable dont on fait l’expérience dans la famille n’est pas une chose due à un hasard ou fortuite, mais fondée et stable.

Aujourd’hui, dans le monde du travail, il est urgent d’éduquer à parcourir la route lumineuse et difficile de l’honnêteté.

Le Jubilé de la Miséricorde est un temps de réconciliation pour tous.

Le Seigneur aujourd’hui répète à tous les Pasteurs : Suis-moi malgré les difficultés ; suis-moi dans la prédication de l’Évangile.

Si Dieu est présent dans notre vie, la joie d’apporter son Évangile sera notre force et notre bonheur.

Jésus nous cherche et nous invite à lui faire place au plus profond de notre cœur. Nous en rendons-nous compte?

Heureux d'avoir visité l'Arménie, premier pays à embrasser la foi chrétienne, merci pour l'accueil.

Que l’Eglise Arménienne marche dans la paix et que la communion entre nous soit pleine.

Les souffrances des Arméniens nous appartiennent : ce sont les souffrances des membres du Corps mystique du Christ.

L’engagement vers la pleine unité et la collaboration entre disciples du Seigneur sont comme une lumière dans une nuit obscure.

Je vous demande d’accompagner par la prière mon voyage apostolique en Arménie.

Être chrétien signifie lier sa propre vie, dans chacun de ses aspects, à la personne de Jésus et, à travers Lui, au Père.

Les peuples sont les premiers artisans de leur développement, les premiers responsables.

Nous sommes tous en voyage vers la maison commune du ciel, où nous pourrons lire avec une joyeuse admiration le mystère de l’univers

Unissons-nous par la prière à nos frères orthodoxes pour le saint et grand Concile de l’Église orthodoxe qui s’ouvre aujourd’hui en Crète.

L’univers est quelque chose de plus qu’une question scientifique, c’est un mystère glorieux, un langage de l’amour de Dieu pour nous.

J’invite les institutions internationales à donner la parole à toutes les personnes qui souffrent de la faim en silence.

Chers malades, confiez-vous à l’Esprit Saint, qui ne cessera de vous apporter la lumière consolatrice de sa présence.

Ne vous lassez pas de demander par la prière l’aide du Seigneur, spécialement dans les difficultés.

La tendresse de Dieu est présente chez ceux qui sont proches des malades et en comprennent les besoins, avec des yeux plein d’amour.

Nous avons besoin de reconnaître les valeurs de notre humanité commune, au nom desquelles on peut et on doit collaborer et construire.

Protégeons les océans qui sont des biens communs globaux, essentiels pour l’eau et la variété des êtres vivants!

En ces temps pauvres en amitié sociale, notre premier devoir est celui de construire la communauté.

Nous avons besoin de découvrir les richesses de chacun : que les communautés transmettent leurs valeurs et accueillent les autres.

Les saints ne sont pas des surhommes, ni ne sont nés parfaits. Quand ils ont connu l’amour de Dieu, ils l’ont suivi, au service des autres.

Écoutons le cri des victimes et de ceux qui souffrent, aucune famille sans maison, aucun enfant sans enfance.

Notre vie sacerdotale se donne dans le service, dans la proximité du peuple de Dieu, avec la joie de celui qui écoute son Seigneur.

Le disciple du Christ qui a un cœur transparent et qui est sensible, apporte la lumière du Seigneur dans les lieux de vie et de travail.

Au terme du mois de mai, je m’unis spirituellement aux nombreuses expressions de dévotion à la Sainte Vierge.

Gardiens, non pas propriétaires de cette terre, chacun a une responsabilité dans la protection de la création, don précieux de Dieu.

Par l’Eucharistie, nous nous nourrissons du Corps et du Sang de Jésus, pourtant, en venant en nous, c’est Jésus qui nous unit à son Corps!

Demeurez sur le chemin de la foi avec une ferme espérance dans le Seigneur. Là se trouve le secret de notre chemin !

Marie est l’Icône de la Mère Eglise qui offre le pardon de Dieu à tous ceux qui l’invoquent.

Jésus se donne à nous dans l’Eucharistie, se fait même nourriture, la vraie nourriture qui soutient notre vie.

Avec les armes de l’amour, Dieu a vaincu l’égoïsme et la mort ; son Fils Jésus est la porte de la miséricorde grande ouverte à tous.

Seul Dieu peut remplir nos cœurs de son amour, et nous permettre de continuer à marcher ensemble vers la Terre de la liberté et de la vie.

Dans un monde divisé, communiquer avec miséricorde signifie contribuer à la proximité entre les enfants de Dieu.

La fête de la Sainte-Trinité nous renouvelle la mission de vivre la communion avec Dieu et entre nous sur le modèle de la communion divine.

Chacun peut être un pont entre cultures et religions diverses, une voie pour redécouvrir notre humanité commune.

L’engagement décisif pour les droits humains naît de la conscience de la valeur unique et irremplaçable de chaque personne.

Aimer et pardonner sont les signes concrets et visible que la foi a transformé nos cœurs.

Le Jubilé est la fête à laquelle Jésus invite vraiment chacun, sans distinctions et sans exclure personne.

Le monde a besoin du courage, de l'espérance, de la foi et de la persévérance des disciples du Christ.

L'Esprit Saint nous a été accordé en abondance pour que nous puissions vivre avec une foi authentique et une charité active.

Viens Esprit Saint ! Libère-nous de tout égoïsme et infuse en nous la joie d'annoncer l'Évangile.

Communiquer avec miséricorde signifie contribuer à la bonne, libre et solide proximité entre les enfants de Dieu et les frères en humanité.

Si notre cœur et nos gestes sont animés par l’amour divin, notre communication sera porteuse de la force de Dieu.

Chers religieuses et religieux, réveillez le monde ! Soyez les témoins d'une façon différente de penser, d'agir et de vivre !

Ce que nous disons et la manière dont nous le disons, devrait exprimer la compassion, la tendresse et le pardon de Dieu pour tous.

Que les difficultés deviennent des promotrices d'unité, pour vaincre les peurs et construire ensemble l'avenir de l’Europe et du monde.

Jésus, monté au Ciel, est dans la Seigneurie de Dieu, présent en tout lieu et en tout temps, proche de chacun de nous.

L’amour, par nature, est communication, il conduit à s’ouvrir et non pas à s’isoler.

Christ est notre plus grande joie, il est toujours à nos côtés et ne nous décevra jamais.

Le Seigneur nous console. Nous sommes tous appelés à consoler nos frères, en témoignant que seul Dieu peut éliminer les causes des drames.

Les difficultés dans le chemin œcuménique nous obligent à mieux nous connaître, à prier ensemble et à collaborer dans les œuvres de charité.

Jésus-Christ, incarnation de la miséricorde de Dieu, est mort par amour sur la croix, et, par amour, est ressuscité.

Le problème du travail est grave, à cause des taux élevés de chômage des jeunes, mais aussi de la question de la dignité du travail.

Je présente mes vœux cordiaux aux fidèles des Églises d’Orient qui célèbrent aujourd’hui la Sainte Pâque. Χριστὸς ἀνέστη!

Travailler est le propre de la personne humaine. Cela exprime sa dignité d’être créée à l’image de Dieu.

Le Christ a vaincu le mal à la racine : Il est la Porte du salut, grande ouverte afin que chacun puisse trouver la miséricorde.

Face aux gouffres spirituels et moraux de l’humanité, seul Dieu avec son infinie miséricorde peut nous donner le salut.

L’espérance chrétienne est un don que Dieu nous fait, si nous sortons de nous-mêmes et nous ouvrons à lui.

Ouvrons au Seigneur nos tombeaux scellés – chacun de nous les connais –, pour que Jésus entre et donne vie.

Chacun est appelé à prendre soin de la vie des familles : elles ne sont pas un problème, mais une opportunité.

Chers jeunes, qu’avec la grâce de Dieu vous puissiez devenir des chrétiens authentiques et courageux, témoins d’amour et de paix.

Chers jeunes, vos noms sont inscrits dans le ciel, dans le cœur miséricordieux du Père. Soyez courageux, à contre-courant !

Une vraie approche écologique sait prendre soin de l’environnement et de la justice, en écoutant le cri de la terre et le cri des pauvres.

Le changement climatique constitue un des principaux défis actuels de l’humanité, et la réponse demande la solidarité de tous.

Fonder une famille, c’est avoir le courage de faire partie du rêve de Dieu, de construire un monde où personne ne se sente seul.

Prions pour les victimes des violents séismes en Équateur et au Japon. Que Dieu et leurs frères leur apportent force et réconfort.

Chaque vocation dans l’Église a son origine dans le regard plein de compassion de Jésus, qui nous pardonne et nous appelle à le suivre.

Aujourd’hui (16 avril), c’est l’anniversaire de Benoît XVI ; prions pour lui et remercions Dieu pour l’avoir donné à l’Église et au monde.

Les réfugiés ne sont pas des nombres, ce sont des personnes : ils sont des visages, des noms, et ils doivent être traités comme tels.

Dans les jours difficiles pour la famille, il y a une union avec Jésus abandonné qui peut aider à éviter une rupture.

L’amour est au fond l’unique lumière qui illumine sans cesse à nouveau un monde dans l’obscurité.

Les personnes handicapées constituent pour la famille un don et une opportunité pour grandir dans l’amour, l’aide réciproque et l’unité.

La famille est un bien dont la société ne peut pas se passer, mais elle a besoin d’être protégée.

Le bien de la famille est déterminant pour l’avenir du monde et de l’Église.

La Parole de Dieu est une compagne de voyage, y compris pour les familles qui sont en crise ou qui sont confrontées à une souffrance.

La famille est le lieu où les parents deviennent les premiers maîtres de la foi pour leurs enfants.

La joie de l’amour qui est vécue dans les familles est aussi la joie de l’Église.

Je vous encourage à rendre témoignage à partir du style de vie personnel et associatif: gratuité, solidarité, esprit de service.

Le Jubilé est une année entière où chaque moment est dit saint afin que notre existence devienne entièrement sainte.

Le Seigneur nous demande d’être des personnes qui irradient la vérité, la beauté et la puissance de l’Evangile qui transforme la vie.

La foi chrétienne est un don que nous recevons avec le Baptême et qui nous permet de rencontrer Dieu.

Miséricorde: c’est la voie qui unit Dieu et l’homme, et ouvre notre cœur à l’espérance d’être aimés pour toujours.

Grandir en étant miséricordieux signifie apprendre à être courageux dans l’amour concret et désintéressé.

Quand nous franchissons la Porte Sainte, nous nous en remettons à la grâce du Christ qui peut changer notre vie.

Le phénomène migratoire pose donc un sérieux problème culturel, auquel on ne peut se dispenser de répondre.

Si nous nous ouvrons à l’accueil de la Miséricorde de Dieu, nous devenons à notre tour capables de pardon.

Jésus nous montre que la puissance de Dieu n’est pas destruction mais amour; la justice de Dieu n’est pas vengeance mais miséricorde.

Chaque chrétien est un « christophore », c’est-à-dire un porteur du Christ.

Jésus Christ est ressuscité! L’amour a vaincu la haine, la vie a vaincu la mort, la lumière a chassé les ténèbres!

Vivre la Pâque signifie entrer dans le mystère de Jésus qui meurt et ressuscite pour nous.

La Croix de Jésus est la Parole par laquelle Dieu a répondu au mal du monde.

Imprime dans nos cœurs, Seigneur, des sentiments de foi, d’espérance, de charité, de douleur de nos péchés.

Jésus nous a aimé. Jésus nous aime. Sans limite, pour toujours et jusqu’au bout.

Oints de l’huile d’allégresse pour transmettre la joie de l’Evangile.

Avec quel amour nous regarde Jésus ! Avec quel amour il guérit notre cœur pécheur ! Il ne s’effraye jamais de nos péchés.

Je confie à la miséricorde de Dieu les personnes qui ont perdu la vie à Bruxelles.

Prenons au sérieux notre être chrétien, et engageons-nous à vivre comme croyants.

Allons à lui et n’ayons pas peur! Allons lui dire du plus profond de notre cœur : « Jésus j’ai confiance en Toi ! »

Je commence (19 mars) un nouveau chemin, sur Instagram, pour parcourir avec vous la voie de la miséricorde et de la tendresse de Dieu

Plus grand est le péché, et plus grand doit être l’amour que l’Église exprime envers ceux qui se convertissent.

Personne ne peut être exclu de la Miséricorde de Dieu. L’Église est la maison qui accueille tout le monde et ne rejette personne.

En sortant du confessionnal, nous sentirons sa force qui redonne la vie et l’enthousiasme de la foi. Après la confession, nous renaîtrons.

Le Père est vraiment « riche de miséricorde » et l’étend avec abondance sur ceux qui recourent à Lui avec le cœur sincère.

Le sacrement de la réconciliation permet de se rapprocher vers le Père avec confiance, pour avoir la certitude de son pardon.

Priez pour moi ( le 13 mars )

Que les familles en difficulté reçoivent le soutien nécessaire et que les enfants puissent grandir dans un environnement sain et serein.

Dieu nous a caressés avec Sa miséricorde : apportons cette caresse aux autres, à ceux qui en ont le plus besoin.

Les petits gestes d’amour, de tendresse et de soin nous disent que le Seigneur est avec nous : ainsi s’ouvre la porte de la miséricorde.

Ma vie, mon comportement et mon style de vie doivent être un signe concret que Dieu est proche de nous.

Le Jubilé de la miséricorde est une occasion propice pour promouvoir dans le monde le respect de la vie et de la dignité de toute personne.

Que le Seigneur nous libère de toute tentation qui éloigne de l’essentiel de notre mission: redécouvrons la beauté de croire en Jésus!

Jésus-Christ avec sa tendresse et sa proximité nous emmène dans l’espace de la grâce et du pardon. Ceci est la miséricorde de Dieu

Ouvrons notre cœur à la miséricorde! La miséricorde divine est plus forte que le péché.

Je me suis senti accueilli, reçu avec affection et espérance par mes frères mexicains. Merci de m’avoir ouvert les portes de votre vie.

Ce sont les larmes qui peuvent produire une rupture capable de nous ouvrir à la conversion.

N’oubliez pas que la miséricorde de Dieu est notre bouclier et notre forteresse contre l’injustice, la dégradation et l’oppression.

Le profit et le capital ne sont pas des biens au-dessus de l’homme, mais sont au service du bien commun.

Nous devons tous lutter pour que le travail soit une instance d’humanisation et d’avenir.

Chers prisonniers, vous avez connu de grandes douleurs, vous pouvez devenir prophètes d’une société sans violence ni exclusion.

Célébrer le Jubilé de la miséricorde signifie apprendre à ne pas rester prisonnier du passé, croire que les choses peuvent être différentes.

La miséricorde de Jésus embrasse tous et aux quatre coins du monde : ouvre-lui ton cœur !

Jésus ne nous demanderait jamais d’être des assassins, il nous appelle disciples. Il ne nous enverrait jamais mourir, Lui qui est la vie.

Vous m’avez demandé une parole d’espérance. Celle que j’ai à vous donner s’appelle Jésus Christ.

En Jésus, j’ai rencontré Celui qui est capable d’éveiller le meilleur de moi-même.

Notre premier appel est d’apprendre à dire “notre Père” : notre Père, ne nous laisse pas tomber dans la tentation de la résignation.

On apprend à prier comme on apprend à marcher, à parler, à écouter. Dis-moi comment tu pries et je te dirai comment tu vis.

Je préfère une famille avec un visage fatigué par les sacrifices aux visages maquillés qui ne connaissent ni tendresse ni compassion.

Parmi les pauvres les plus maltraités se trouve notre terre. Nous ne pouvons pas ignorer cette grande crise environnementale.

L’homme a le désir de vivre en liberté, sur une terre où il soit possible de changer, dans la fraternité, dans la solidarité.

Jésus nous attend et veut guérir notre cœur de tout ce qui le dégrade. Il est le Dieu qui porte un nom : miséricorde.

Jésus nous aide toujours à dépasser les tentations de la richesse, de la vanité et de l’orgueil qui essaient de détruire la vérité.

Le Carême est un temps pour ajuster les sens, ouvrir les yeux devant tant d’injustices, ouvrir le cœur au frère qui souffre.

Te regarder simplement, Mère, laisser ouvert uniquement le regard; te regarder entièrement sans rien te dire...

Marie est la femme du oui, un oui du don d’elle même à Dieu, un oui du don à ses frères. Suivons-la dans ce don.

Le Mexique a un visage jeune. Cela permet de penser et de préparer l’avenir, le lendemain. Cela offre espérance.

Chers frères mexicains, vous êtes dans mon cœur. Confions-nous à la Vierge de Guadalupe qui ne cesse de nous regarder avec tendresse.

Aujourd’hui est un jour de grâce. Cette rencontre avec le Patriarche Cyrille est un don de Dieu. Priez pour nous.

Au Mexique je vais regarder Marie dans les yeux, la supplier de toujours nous regarder avec miséricorde. A Notre Mère je confie mon voyage.

Entrer par la Porte Sainte signifie découvrir la profondeur de la miséricorde du Père qui cherche chacun personnellement.

Dieu veut habiter au milieu de ses enfants. Faisons-lui une place dans notre cœur.

Que Marie, Mère de Jésus, nous aide à transmettre les merveilles du Seigneur à ceux que nous rencontrons sur notre chemin !

Comme chrétiens, nous ne pouvons pas être fermés sur nous-mêmes, mais toujours ouverts aux autres, pour les autres.

Dans la société d’aujourd’hui, où le pardon est si rare, la miséricorde est toujours plus importante.

L’Évangile nous appelle à être « proches » de ceux qui sont pauvres et abandonnés, pour leur donner une espérance concrète.

Chaque communauté chrétienne doit être une oasis de charité et de chaleur dans le désert de la solitude et de l’indifférence.

Si nous nous confions au Seigneur, nous pouvons dépasser tous les obstacles que nous trouvons sur le chemin.

Quand le monde dort dans le confort et dans l’égoïsme, la mission chrétienne est de l’aider à se réveiller.

La miséricorde est devenue vivante et visible en Jésus de Nazareth.

Remercions Dieu qui est toujours présent, proche et miséricordieux.

Nul ne peut imposer une limite à l’amour de Dieu qui est toujours prêt à pardonner.

La miséricorde de Dieu sera toujours plus grande que tout péché.

Prions pour les chrétiens qui sont persécutés, souvent avec le silence honteux de beaucoup.

Quand tu as le Christ pour ami, tu as joie, sérénité, bonheur.

Dieu s’est épris d’amour pour nous. Il se fait petit pour nous aider à répondre à son amour.

Face à la gravité du péché, Dieu répond par la plénitude du pardon.

La miséricorde, c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours.

Un objectif pour chaque jour : transmettre un peu de la tendresse du Christ à celui qui en a le plus besoin.

Que le Jubilé de la Miséricorde apporte à tous la bonté et la tendresse de Dieu !

Que Dieu bénisse l’Afrique !

Voici le temps pour de nouveaux messagers chrétiens, plus généreux, plus joyeux, plus saints !

Entre chrétiens et musulmans, nous sommes frères et nous devons nous comporter comme tels.

Le Jubilé de la Miséricorde nous rappelle que Dieu nous attend à bras ouverts, comme fait le père avec le fils prodigue.

Là où règnent la violence et la haine, les chrétiens sont appelés à donner le témoignage de Dieu qui est amour.

Je nourris de grandes espérances pour l’Afrique et pour la grande moisson de grâces que Dieu prépare au milieu de vous !

L’Ouganda a vécu le témoignage des martyrs chrétiens. Qu’ils nous aident à répandre la joie de l’Évangile sans peur !

Le monde assiste à un mouvement migratoire sans précédent.Je remercie l’Ouganda pour sa générosité dans l’accueil des réfugiés.

Que ma visite en Afrique soit un signe de l’estime de l’Église pour toutes les religions et renforce nos liens d’amitié.

Mungu abariki Kenya ! Que Dieu bénisse le Kenya !

Toutes les personnes – vraiment toutes – sont importantes aux yeux de Dieu.

C’est une joie de prier avec les frères Luthériens à Rome. Que Dieu bénisse ceux qui travaillent pour le dialogue et l’unité des chrétiens.

J’exprime ma profonde douleur pour les attaques terroristes de Paris. Priez avec moi pour les victimes et leurs familles

Nous tous, chrétiens, nous sommes appelés à imiter le Bon Pasteur et à prendre soin des familles blessées.

 La vanité non seulement nous éloigne de Dieu : elle nous rend ridicules.

Demandons l’aide de l’Archange Michel pour nous défendre des pièges et des embuches du démon.

Parents, savez-vous « perdre du temps » avec vos enfants ? C’est une des choses les plus importantes que vous puissiez faire chaque jour.

Le développement économique doit avoir un visage humain, si bien que personne ne reste exclu.

Dans les pauvres, nous voyons le visage du Christ qui s’est fait pauvre pour nous.

La corruption est un cancer qui détruit la société.

Chers jeunes, n’ayez pas peur de tout donner. Le Christ ne déçoit jamais.

Apprenons à vivre la solidarité. Sans la solidarité, notre foi est morte.

Le travail est important, mais aussi le repos. Apprenons à respecter le temps du repos, surtout celui du dimanche.

Chers jeunes, demandez au Seigneur un cœur libre pour ne pas être esclaves de tous les pièges du monde.

La foi n’est pas un don privé. La foi est à partager avec joie.

Notre vie n’est pas un vagabondage qui n’a pas de sens. Nous avons un but sûr : la maison du Père.

Je vous remercie de tout coeur. Que l'amour du Christ conduise toujours le peuple américain !

Merci à tous les Cubains ! Merci de tout cœur !

Je vous invite à prier avec moi pour mon voyage à Cuba et aux États-Unis. J’ai besoin de vos prières.

Malgré les injustices et les souffrances, la victoire du Seigneur est certaine.

Dieu a une prédilection pour les humbles. Quand nous vivons avec humilité, il transforme nos petits efforts et fait de grandes choses.

Chaque fois que nous faisons le signe de la croix, nous nous approchons du grand mystère de la Trinité

Est-ce que nous disons ‘merci’ à Dieu chaque jour ?

Que toute paroisse et toute communauté religieuse en Europe accueille une famille de réfugiés.

Demandons à la Vierge Marie d’aider toutes les familles, spécialement celles qui souffrent à cause du manque de travail.

La guerre est mère de toutes les pauvretés, une grande prédatrice de vies et d’âmes

Aujourd'hui, 1° septembre, est la journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création. Prions et agissons.

Seigneur, aide-nous à être plus généreux et toujours plus proche des familles pauvres

Un chrétien trop attaché à l’argent s’est trompé de route

Une lecture quotidienne de l’Évangile nous aide à vaincre notre égoïsme et à suivre résolument le Maître, Jésus

Quand nous faisons l’expérience de l’amour miséricordieux du Père, nous sommes davantage capables de partager cette joie avec les autres

Marie est pleine de grâce. Elle nous offre un refuge sûr au moment de la tentation

La rencontre avec le Christ est capable de transformer complètement notre vie

Nous sommes tous pécheurs. Laissons-nous transformer par la miséricorde de Dieu

Dans une famille chrétienne nous apprenons de nombreuses vertus ; surtout à aimer sans rien demander en échange

Laissons l’amour de Dieu s’enraciner en nous, nous serons ainsi capables de nous donner nous-mêmes aux autres

L’hospitalité en famille est une vertu aujourd’hui cruciale, spécialement dans les situations de grande pauvreté.

Le témoignage le plus efficace sur le mariage est la vie exemplaire des époux chrétiens.

Chers jeunes, n’ayez pas peur du mariage : le Christ accompagne de sa grâce les époux qui restent unis à lui.

Le témoignage chrétien est concret. Les paroles sans l’exemple sont vides.


Celui qui aide les malades et ceux qui sont dans le besoin touche la chair du Christ, vivant et présent au milieu de nous.

L’Église est appelée à se faire toujours plus attentionnée et prévenante envers les plus faibles.

Quand tout s’écroule, seule cette espérance soutient : Dieu nous aime, il aime tout le monde !

C’est le moment de changer de mentalité et de cesser de penser que nos actions n’ont pas d’impact sur celui qui souffre de la faim.

Ce qui nous donne la vraie liberté et le vrai bonheur, c’est l’amour compatissant du Christ.

Un grand défi : cesser d’abîmer le jardin que Dieu nous a confié pour que tous puissent en jouir.

Comme il est beau d’annoncer à tous l’amour de Dieu qui nous sauve et donne sens à notre vie !

L’Église est une mère au cœur ouvert, prête à aider chacun, spécialement celui qui peine le plus.

Dans la Confession, Jésus nous accueille avec tous nos péchés, pour nous donner un cœur nouveau, capable d’aimer comme Lui aime.

L’amour de Dieu est gratuit. Il ne nous demande rien en échange ; il demande seulement de l’accueillir.

Aujourd’hui, l’Église est l’Église des martyrs : tant de témoins héroïques. Apprenons de leur courage.

Là où il n’y a pas de travail, il n’y a pas de dignité.

Dans le sacrement de l’Eucharistie, nous trouvons Dieu qui se donne lui-même.

Il faut construire la société à la lumière des Béatitudes, marcher vers le Royaume en compagnie des derniers.

La lumière de l’Évangile est un guide pour quiconque se met au service de la civilisation de l’amour.

Seigneur, donne-nous la grâce de l’émerveillement de la rencontre avec Toi !

Le chrétien est témoin non d’une théorie, mais d’une Personne : le Christ ressuscité, vivant et unique Sauveur de tous.

Mettons en pratique le quatrième commandement en rendant visite avec affection à nos parents âgés.

Invoquons l’Esprit Saint chaque jour : qu’Il nous guide sur la route des disciples du Christ.

Seigneur, envoie l’Esprit Saint pour donner consolation et force aux chrétiens persécutés.

Il y a des silences de Dieu qui ne peuvent se comprendre qu’en regardant le Crucifié

Dieu nous attend toujours, nous comprend toujours, nous pardonne toujours.

Mieux vaut une Église blessée mais présente sur le chemin qu’une Église malade parce que fermée sur elle-même.

Chers parents, il faut avoir beaucoup de patience, et pardonner du fond du cœur.

Pourquoi nous est-il si difficile de supporter les défauts des autres ? Oublions nous que Jésus a supporté tous nos péchés ?

Apprenons à vivre la bienveillance, à aimer tout le monde, aussi ceux qui ne nous aiment pas.

Quand on ne peut gagner son pain, on perd sa dignité. C’est un drame aujourd’hui, spécialement pour les jeunes.

Cela nous fait du bien de rester un moment devant le Tabernacle, pour sentir le regard de Jésus sur nous.

L’amour du Christ nous remplit le cœur et nous rend capable de pardonner toujours.

Au milieu de beaucoup de problèmes, même graves, ne perdons pas l’espérance en l’infinie miséricorde de Dieu.

Chaque communauté chrétienne doit être une maison accueillante pour qui cherche Dieu, comme aussi pour qui cherche un frère qui l’écoute.

Nous chrétiens nous sommes appelés à sortir de nos « enceintes » pour porter à tous la miséricorde et la tendresse de Dieu.

Dans les Sacrements, nous trouvons la force de penser et d’agir selon l’Évangile.

Il faut garder la terre afin qu’elle puisse continuer d’être, comme Dieu la veut, source de vie pour la famille humaine tout entière.

Marie, Mère des Douleurs, aide-nous à comprendre la volonté de Dieu dans les moments de grande souffrance.

Le Seigneur ne se lasse jamais de nous pardonner. C’est nous qui nous lassons de demander pardon.

Nous pouvons porter l’Évangile aux autres s’il imprègne profondément notre vie.

Seigneur, donne-nous la grâce des larmes, pour pleurer nos péchés et recevoir ton pardon.

Seigneur, aide-nous à vivre la vertu de la magnanimité, pour aimer sans limites.

Christ est ressuscité ! Christ est vivant et marche avec nous !

La Croix du Christ n’est pas une défaite : la Croix est amour et miséricorde.

Jésus lave les pieds de ses apôtres. Sommes-nous disposés à servir les autres ainsi ?

 

La Confession est le sacrement de la tendresse de Dieu, sa manière de nous embrasser.

La Semaine Sainte est le temps qui nous invite le plus à rester près de Jésus : l’amitié se voit dans l’épreuve.

En tant que disciples du Christ, nous ne pouvons pas ne pas nous intéresser au bien des plus faibles.


La vie est un trésor précieux, mais nous le découvrons seulement si nous la donnons aux autres.

Les fidèles laïcs sont appelés à devenir ferment de vie chrétienne dans toute la société

La souffrance est un appel à la conversion : elle nous rappelle que nous sommes fragiles et vulnérables.

Que chaque Église, que chaque communauté chrétienne soit un lieu de miséricorde au milieu de tant d’indifférence !

Laissons Dieu nous remplir de sa bonté et de sa miséricorde.

Le Carême est un temps pour nous approcher du Christ, par la Parole de Dieu et par les Sacrements.

Attention à notre confort ! Quand nous nous sentons bien à l’aise, nous oublions facilement les autres.

Dans les moments plus difficiles, rappelez-vous : Dieu est notre Père ; Dieu n’abandonne pas ses enfants.

L’humilité sauve l’homme : l’orgueil lui fait perdre sa route.

Construisons notre vie de foi sur le roc, qui est le Christ.

Si nous sommes trop attachés à la richesse, nous ne sommes pas libres. Nous sommes esclaves.

Le cœur s’endurcit quand il n’aime pas. Seigneur, donne-nous un cœur qui sache aimer !

Jésus intercède pour nous, chaque jour. Prions : Seigneur, aie pitié de moi, intercède pour moi !

Il n’y a pas de péché que Dieu ne puisse pardonner. Il suffit que nous demandions pardon.

Les Sacrements sont la manifestation de la tendresse et de l’amour du Père envers chacun de nous.Là où il y a des hommes et des femmes qui ont consacré leur vie à Dieu, il y a de la joie.

Seigneur, donne-nous la grâce de nous sentir pécheurs.

Durant le Carême, trouvons des moyens concrets de vaincre notre indifférence.

Jésus est venu porter la joie à tous et pour toujours.

Jésus n’est pas un personnage du passé : Il continue toujours d’éclairer le chemin de l’homme.

Avoir la foi ce n’est pas ne pas avoir des moments difficiles mais avoir la force de les affronter en sachant que nous ne sommes pas seuls

Nous sommes tous pécheurs. Nous sommes tous appelés à une conversion du cœur.

Il y a un besoin urgent d’un témoignage crédible de la vérité et des valeurs de l’Évangile.

L’amour véritable ne fait pas attention au mal reçu. Il se réjouit dans le bien qu’il fait.

Auschwitz crie la douleur d’une souffrance effroyable et réclame un avenir de respect, de paix et de rencontre entre les peuples

Mettre en pratique la charité est la meilleure manière d’évangéliser.

À mes amis du Sri Lanka et des Philippines : que Dieu vous bénisse tous. S’il vous plaît, priez pour moi.

Que de fois nous oublions de nous concentrer sur ce qui compte vraiment ! Nous oublions d’être enfants de Dieu.

En tant que chrétiens, membres de la famille de Dieu, nous sommes appelés à aller vers ceux qui sont dans le besoin et à les servir.

La com-passion de Dieu, le fait qu’il souffre avec nous, donne sens et valeur à nos efforts et à nos souffrances.

La famille est le plus grand trésor d’un pays. Travaillons tous pour protéger et renforcer cette pierre d’angle de la société !

Les Philippines sont un témoignage de la jeunesse et de la vitalité de l’Église.

Que Dieu bénisse et protège le Sri Lanka

Saint Joseph Vaz, enseigne-nous à grandir en sainteté et à vivre le message de miséricorde de l’Évangile !

En ce jour où je commence mon voyage au Sri Lanka et aux Philippines, je vous demande de prier pour moi et pour les peuples de ces pays.

Le dimanche est le jour du Seigneur : trouvons le temps de rester avec Lui.

Jésus est venu pour nous sauver : ne refusons pas ce don merveilleux !

Seigneur, fais que nous sachions te reconnaître dans les malades, dans ceux qui sont dans le besoin et dans ceux qui souffrent.

Le christianisme se répand grâce à la joie des disciples qui se savent aimés et sauvés.

Tant de personnes innocentes et tant d’enfants souffrent dans le monde ! Seigneur, donne-nous ta paix !

Seigneur, merci !

Aujourd’hui, on souffre de pauvreté, mais aussi de manque d’amour.

La famille chrétienne est missionnaire : elle annonce au monde l’amour de Dieu.

Aujourd’hui, prions pour tous ceux qui sont persécutés à cause de la foi chrétienne

Avec Jésus, c’est la vraie joie.

Cherchons à écouter et à faire silence pour laisser de la place à la beauté de Dieu.

Parfois, nous sommes esclaves du péché. Seigneur, viens nous libérer !

Pour que Jésus devienne le centre de notre vie, il est nécessaire de rester en sa présence, devant le Tabernacle.

Le Seigneur l’a clairement dit: vous ne pouvez servir deux maîtres. Ou Dieu ou les richesses.

Comme il est important de savoir écouter ! Le dialogue entre conjoints est essentiel pour qu’une famille puisse être sereine.

Aujourd’hui (13 décembre), c’est l’anniversaire de mon ordination sacerdotale. Je vous demande de prier pour moi et pour tous les prêtres.

Notre Dame de Guadalupe, prie pour nous !

La question écologique est vitale pour la survie de l’homme et a une dimension morale qui nous touche tous.

La famille est la communauté d’amour dans laquelle chaque personne apprend à se mettre en relation avec les autres et avec le monde.

Apprenons de la Vierge Marie à être plus courageux pour suivre la Parole de Dieu.

L’Avent nous fait commencer un nouveau chemin. Laissons-nous guider par Marie, notre Mère.

Le temps de l’Avent nous apporte l’espérance, une espérance qui ne déçoit pas. Le Seigneur ne déçoit jamais.

Plus jamais d'esclaves. Nous sommes tous frères et soeurs.

L’Église est appelée à se faire proche de chaque personne, en commençant par les plus pauvres et par celles qui souffrent.

L’amour est la mesure de la foi.

Quand nous rencontrons une personne qui est vraiment dans le besoin, reconnaissons-nous en elle le visage de Dieu ?

Cherchons à vivre de manière toujours digne de notre vocation chrétienne.

Que de bruit dans le monde ! Apprenons à reste en silence devant nous-mêmes et devant Dieu.

Un chrétien porte la paix aux autres. Et non seulement la paix, mais aussi l’amour, la bonté, la fidélité et la joie.

La guerre détruit, tue, appauvrit. Seigneur, donne-nous ta paix !

Comme le travail est important : pour la dignité humaine, pour former une famille, pour la paix !

Je demande à toutes les personnes de bonne volonté de contribuer à créer une culture de la rencontre, de la solidarité, de la paix.

L’Église est toujours en chemin, à la recherche de nouvelles voies pour l’annonce de l’Évangile.

L’indifférence envers ceux qui sont dans le besoin n’est pas acceptable pour une personne qui se dit chrétienne.

L’humilité nous aide à prendre en charge le fardeau des autres.

Que de bien nous pouvons faire par le bon exemple et que de mal par l’hypocrisie.

La mission principale de l’Église c’est d’évangéliser, de porter la Bonne Nouvelle à tous.

Aidons les personnes à découvrir la joie du message chrétien : un message d’amour et de miséricorde.

La Croix de Jésus montre toute la force du mal mais aussi toute la puissance de la miséricorde de Dieu.

La famille est le lieu où nous nous formons en tant que personne. Chaque famille est une brique qui construit la société.

La foi, pour être saine et robuste, doit être constamment nourrie de la Parole de Dieu.

Pour changer le monde, il faut faire du bien à celui qui n’est pas en mesure de le rendre.

Le chrétien est nécessairement miséricordieux ; c’est le cœur de l’Évangile.

Seigneur, donne ta consolation à ceux qui souffrent, spécialement aux malades, à ceux qui sont dans le besoin, à ceux qui sont au chômage.

Le pouvoir spirituel des sacrements est immense. Avec la grâce, nous pouvons dépasser tous les obstacles.

Chers jeunes, le Christ compte sur vous pour être ses amis et des témoins de son amour infini.

Demandons au Seigneur la grâce de ne pas dire du mal, de ne pas critiquer, de ne pas faire de commérages, d’aimer tout le monde.

Viens, Esprit Saint. Fais descendre sur nous tes dons durant le Synode !

Tandis que nous commençons le Synode sur la famille, prions le Seigneur de nous indiquer le chemin.

Comme Jésus l’indique à Marthe dans l’Évangile, une chose est nécessaire : prier.

Les familles heureuses sont essentielles pour l’Église et pour la société !

Le Synode, c’est marcher ensemble, mais aussi prier ensemble. Je demande à tous les fidèles de participer.

La division dans une communauté chrétienne est un péché très grave, elle est l’œuvre du diable.

Il y a la tendance à mettre au centre nous-mêmes et nos ambitions personnelles. C’est très humain, mais ce n’est pas chrétien.

Jésus comprend nos faiblesses, nos péchés ; et il nous pardonne, si nous nous laissons pardonner.

Quand Dieu manque dans une société, la prospérité aussi est accompagnée d’une pauvreté spirituelle terrible.

Chers jeunes, écoutez en vous-mêmes : le Christ frappe à la porte de votre cœur.

Marie, donne-nous la grâce d’être joyeux dans la liberté des enfants de Dieu.

Le Seigneur nous attend toujours pour nous accueillir dans son amour : c’est une chose merveilleuse, qui ne finit jamais de nous surprendre.

Nous ne pouvons pas nous confier en nos propres forces, mais seulement en Jésus et dans sa miséricorde.

La fidélité de Dieu est plus forte que nos infidélités et que nos trahisons.

Jésus est le Bon Pasteur. Il nous cherche et se tient près de nous, même si nous sommes pécheurs, surtout parce que nous sommes pécheurs.

Je prie chaque jour pour tous ceux qui souffrent en Irak. Priez avec moi.

Notre témoignage chrétien est authentique s’il est fidèle et sans conditions.

Un chrétien qui ne perçoit pas la Vierge Marie comme une mère est un orphelin.

Le Seigneur nous pardonne toujours et nous accompagne toujours. À nous de nous laisser pardonner et de nous laisser accompagner.

Le Christ sur la croix nous enseigne à aimer aussi ceux qui ne nous aiment pas.

On ne peut mesurer l’amour de Dieu : il est sans mesure !

Un chrétien sait donner. Sa vie est pleine d’actes généreux – mais cachés – envers le prochain.

Demandons au Seigneur cette grâce : que notre cœur devienne libre et lumineux, pour goûter la joie des enfants de Dieu !

Merci, amis coréens ! Avec l’aide de Dieu, je reviendrai très bientôt en Asie!

Beaucoup d’innocents ont été chassés de leurs maisons en Iraq. Seigneur, nous te prions pour qu’ils puissent vite y retourner

Ayez confiance dans la puissance de la croix du Christ ! Accueillez sa grâce réconciliatrice et partagez-la avec les autres.

Seigneur, devant tant de violence en Iraq, persévérons dans la prière et dans la générosité

La miséricorde de Dieu nous sauve. Ne nous lassons jamais d’annoncer dans le monde ce joyeux message.

Prions pour que l’Église soit plus sainte et plus humble, et sache aimer Dieu en servant les pauvres et les personnes seules et malades.

N’oublions pas le cri des chrétiens et de toutes les populations persécutées en Iraq


Les martyrs nous enseignent que les richesses, le prestige et l’honneur ont peu d’importance : le Christ est l’unique vrai trésor.

Mon cœur saigne quand je pense aux enfants d’Iraq. Que la Vierge Marie, notre Mère, les protège

Chers jeunes, le Christ vous appelle a être avisés et vigilants pour reconnaître ce qui compte vraiment dans la vie.

Marie, Reine du Ciel, aide-nous à transformer le monde selon le projet de Dieu.

Marie, Reine de la Paix, aide-nous à déraciner la haine et à vivre dans l’harmonie

Saint Jean-Paul II, prie pour nous, et spécialement pour nos jeunes.

Que Dieu bénisse la Corée et particulièrement ses personnes âgées et ses jeunes !

Je remercie tous ceux qui aident courageusement nos frères et nos sœurs en Iraq

En ce jour de mon départ, je vous invite à vous unir à moi en prière pour la Corée et pour l’Asie tout entière.

Un appel à toutes les familles : au moment de la prière, rappelez-vous de ceux qui sont contraints d’abandonner leurs maisons en Iraq.

Les nouvelles qui viennent d’Iraq nous font mal. Seigneur, enseigne-nous à vivre en solidarité avec les frères qui souffrent

Les personnes privées de maison en Iraq dépendent de nous. J’invite chacun à prier et, ceux qui le peuvent, à offrir une aide concrète

La violence ne se vainc pas par une autre violence. Donne la paix, Seigneur, à notre temps !

Je demande à la communauté internationale de protéger toutes les victimes de la violence en Iraq

Je demande à tous les hommes de bonne volonté de s’unir à mes prières pour les chrétiens irakiens et pour toutes les communautés persécutées

Le chrétien est quelqu’un qui sait s’abaisser pour que le Seigneur grandisse, dans son cœur et dans le cœur des autres.

Si tu accumules les richesses comme un trésor, elles voleront ton âme.

Quand on n’adore pas Dieu, on se met à adorer d’autres choses. L’argent et le pouvoir sont des idoles qui prennent souvent la place de Dieu.

Je souhaite à chaque famille de redécouvrir la prière en famille : cela aide aussi à se comprendre et à se pardonner.

Apprécions davantage le travail des personnes qui aident à domicile et des gardes-malade : c’est un service précieux.

Quand on vit l’attachement à l’argent, à l’orgueil et au pouvoir, il est impossible d’être heureux.

Le grand risque du monde actuel est la tristesse individualiste qui naît du cœur avare.

Dieu aime celui qui donne avec joie. Apprenons à donner avec générosité, détachés des biens matériels.

L’Église est, par sa nature, missionnaire : elle existe pour que chaque homme et que chaque femme puisse rencontrer Jésus.

Chers jeunes, ne tombez pas dans la médiocrité ; la vie chrétienne est faite pour les grands idéaux.

Le Mondial a fait se rencontrer des personnes de différentes nations et religions. Que le sport favorise toujours la culture de la rencontre.

Ne craignez pas de vous jeter dans les bras de Dieu : quelle que soit la chose qu’il vous demande, il vous la rendra au centuple.

Avec Dieu rien ne se perd, mais, sans Lui, tout est perdu.

Chers jeunes, ne renoncez pas à rêver d’un monde plus juste !

Vivre comme de vrais enfants de Dieu signifie aimer le prochain et se faire proche de celui qui est seul et en difficulté.

Jésus, aide-nous à aimer Dieu comme un Père et notre prochain comme un frère.

Que les saints apôtres Pierre et Paul bénissent la ville de Rome et l’Église en pèlerinage, ici et dans le monde entier !

Être amis de Dieu veut dire prier avec simplicité, comme un enfant s’adresse à ses parents.

Face aux difficultés de la vie, demandons au Seigneur de rester fermes dans le témoignage joyeux de notre foi.

La famille est un élément essentiel de tout développement humain et social durable.

Comme je voudrais voir tout le monde avec un travail décent ! C’est une chose essentielle pour la dignité humaine.

Prions pour les communautés chrétiennes du Moyen Orient, pour qu’elles continuent à vivre là où le christianisme a ses origines.

Il y a beaucoup d’indifférence devant la souffrance. Cette indifférence est contrée par des actes concrets de charité.

Il n’y a jamais de motif pour perdre l’espérance. Jésus dit : « Je suis avec vous jusqu’à la fin de monde ».

Parfois nous rejetons les personnes âgées, mais elles sont un trésor précieux : les rejeter est injuste et c’est une perte irréparable.

Que le Seigneur bénisse la famille et la rende forte en ce moment de crise.

Il y a le risque d’oublier les souffrances qui ne nous touchent pas de près. Réagissons, et prions pour la paix en Syrie.

Ne faisons pas de résistance à l’Esprit Saint, soyons dociles à son action qui renouvelle chacun de nous, l’Église et le monde.

Je souhaite à tous une très belle Coupe du Monde de football, jouée avec un esprit de vraie fraternité.

Ne disons pas du mal des autres par derrière, mais disons leur ouvertement ce que nous pensons.

Aujourd’hui,je demande à toutes les personnes de bonne volonté de s’unir à nous dans la prière pour la paix au Moyen-Orient.

La prière peut tout. Utilisons-la pour porter la paix au Moyen Orient et au monde entier.

La paix est un don de Dieu, mais elle demande notre engagement. Cherchons à être des gens de paix dans la prière et dans les faits.

Comme le Bon Samaritain, n’ayons pas honte de toucher les blessures de celui qui souffre, mais cherchons à les guérir par un amour concret.

Merci à tous les enseignants : éduquer est une mission importante, qui rapproche beaucoup de jeunes du bien, du beau, du vrai.

Parfois, nous nous fermons sur nous-mêmes… Seigneur, aide-nous à aller vers les autres, à servir les plus faibles.

Dans les moments difficiles de la vie, le chrétien trouve refuge sous le manteau de la Mère de Dieu.

Chaque chrétien, à son poste de travail, peut porter témoignage, par ses paroles et encore avant par une vie honnête.

Entrons dans une amitié profonde avec Jésus, ainsi nous pourrons le suivre de près et vivre avec lui et pour lui.

Chers amis, je vous demande de m’accompagner de vos prières durant mon pèlerinage en Terre Sainte.

Vivre avec foi veut dire mettre toute notre vie entre les mains de Dieu, spécialement dans les moments difficiles.

Aucune âme qui se laisse guider par Dieu ne reste déçue ou ne perd sa route.

Viens, Esprit Saint ! Aide-nous à dépasser notre égoïsme.

Quelqu’un qui écoute attentivement la Parole de Dieu et prie vraiment, demande toujours au Seigneur : quelle est ta volonté pour moi ?

Le mois de Mai, dédié à Marie, est un temps opportun pour commencer à réciter le Rosaire chaque jour.

Notre objectif en tant que chrétiens : nous conformer toujours plus à Jésus, comme modèle de notre comportement.

Demandons à l’Esprit Saint la grâce de faire des choix concrets dans notre vie selon la logique de Jésus et de son Évangile.

Lisons l’Évangile, un peu chaque jour. Ainsi nous apprendrons à vivre l’essentiel : l’amour et la miséricorde.

Notre vie a été sauvée par le sang du Christ. Laissons-nous toujours renouveler par cet amour.

Unissons-nous tous dans la prière pour que soient immédiatement relâchées les lycéennes enlevées au Nigéria.

Une famille illuminée par l’Évangile est une école de vie chrétienne. Là, on apprend la fidélité, la patience et le sacrifice.

La sainteté demande le don de soi avec un sacrifice chaque jour ; pour cela, le mariage est une voie magistrale pour devenir saints.

Dans la famille, on apprend à aimer et à reconnaître la dignité de chaque personne, spécialement de celle qui est plus faible.

Une société qui abandonne les enfants et les personnes âgées coupe ses racines et assombrit son avenir.



N’ayez pas peur, ouvrez les portes au Christ !



Que veut dire évangéliser ? Témoigner avec joie et simplicité de ce que nous sommes et de ce en quoi nous croyons

Personne n'est plus patient que Dieu le Père ; personne ne comprend et ne sait attendre comme Lui.



Je demande à tous ceux qui ont une responsabilité politique de ne pas oublier deux choses : la dignité humaine et le bien commun.

Une société qui abandonne les enfants et les personnes agées coupe ses racines et assombrit son avenir.

N’ayez pas peur, ouvrez les portes au Christ !

Que veut dire évangéliser ? Témoigner avec joie et simplicité de ce que nous sommes et de ce en quoi nous croyons
 Personne n'est plus patient que Dieu le Père ; personne ne comprend et ne sait attendre comme Lui.

Je demande à tous ceux qui ont une responsabilité politique de ne pas oublier deux choses : la dignité humaine et le bien commun.

Qui de nous peut prétendre ne pas être pécheur ? Personne. Demandons pardon à Dieu pour nos péchés.

Le manque d'équité est la racine des maux sociaux.

Personne ne peut se sentir dispensé du partage avec les pauvres et de la justice sociale.

Nous ne devons jamais nous laisser piéger par le pessimisme. La foi déplace les montagnes !

Un style de vie sobre nous fait du bien et nous permet de mieux partager avec celui qui dans le besoin.
 Chaque rencontre avec Jésus nous remplit de joie, de cette joie profonde que seul Dieu peut nous donner.

Christ est ressuscité ! Alléluia !

Suivre Jésus de près n’est pas facile, parce que la route qu’il choisit est le chemin de la croix.

Chaque rencontre avec Jésus nous change la vie !

La Semaine Sainte est un bon moment pour se confesser et reprendre le juste chemin.

Comme il est doux de se tenir devant le Crucifix, et rester simplement sous le regard plein d’amour du Seigneur.

Seule la confiance en Dieu peut transformer le doute en certitude, le mal en bien, la nuit en aurore radieuse.
 
Jésus nous enseigne à ne pas avoir honte de toucher la misère humaine, de toucher sa chair dans les pauvres qui souffrent.
 
Il faut récupérer un esprit contemplatif, pour que l’amour de Dieu réchauffe nos cœurs.
 
Combien cela nous fait du bien de laisser le Seigneur secouer notre vie tiède et superficielle !
 
Dans l’Évangile, nous pouvons écouter chaque jour Jésus qui nous parle : portons toujours sur nous un petit Évangile !
 
Avec Jésus la vie acquiert sa plénitude. Avec Lui, c’est plus facile de trouver le sens de toute chose.
 
Nous ne pouvons pas nous habituer aux situations de dégradation et de misère qui nous entourent. Un chrétien doit réagir.
 
Chers parents, apprenez à vos enfants à prier. Priez avec eux.

Le Carême est le temps pour changer de cap, pour réagir face au mal et à la misère.

Nous vivons dans une société qui exclut Dieu de l’horizon ; et cela, jour après jour, empoisonne le cœur !

Le Carême est un temps de grâce, un temps pour se convertir et vivre en cohérence avec son baptême.

Nous ne pouvons pas être des disciples tièdes. L’Église a besoin de notre courage pour rendre témoignage à la vérité.

Jésus n’est jamais loin de nous pécheurs. Il veut répandre sur nous, sans mesure, toute sa miséricorde.

Jésus est notre espérance. Rien – ni le mal ni la mort – ne peut nous séparer de la puissance salvifique de son Amour.

La maladie et la mort ne sont pas des tabous. Ce sont des réalités que nous devons affronter en présence de Jésus.

Apprenons à dire ‘Merci’ à Dieu, aux autres. Nous l’enseignons aux enfants, mais ensuite nous l’oublions !

Un salut au Réseau Mondial des Ecoles pour la Rencontre. Aujourd’hui nous plantons le premier olivier virtuel pour la paix.

L’amour chrétien est un amour sans calculs. C’est la leçon du bon Samaritain ; c’est la leçon de Jésus.

Merci pour toutes les expressions d’affection pour l’anniversaire. S’il vous plaît, continuez à prier pour moi.

(13 mars - anniversaire de l’élection ) Priez pour moi.

Le défi des époux chrétiens : être ensemble, savoir s’aimer pour toujours et faire en sorte que l’amour grandisse.

Notre joie la plus profonde vient du Christ : être avec lui, marcher avec lui, être ses disciples.

Prions pour les chrétiens victimes de persécutions, pour que nous sachions réagir au mal par le bien.

Le Carême est un temps approprié au renoncement. Privons-nous de quelque chose chaque jour pour aider les autres.

Dans la vie nous faisons tous beaucoup de fautes. Apprenons à reconnaître nos erreurs et à demander pardon.

Comment bien vivre le mariage ? Unis au Seigneur, qui renouvelle toujours l’amour et le rend plus fort que chaque difficulté.

Remercions tous ceux qui enseignent dans les écoles catholiques. Éduquer est un acte d’amour, c’est comme donner la vie.

L’Eucharistie est essentielle pour nous : c’est le Christ qui veut entrer dans notre vie et la remplir de sa grâce.

Dans une famille, il est normal de prendre en charge celui qui est dans le besoin. N’ayez pas peur de la fragilité !

Nous tous, baptisés, nous sommes disciples-missionnaires. Nous sommes appelés à devenir dans le monde un Évangile vivant.

La Vierge Marie nous est toujours proche, surtout quand se fait sentir le poids de la vie avec tous ses problèmes.

Ne perdons jamais l’espérance ! Dieu nous aime toujours, même avec nos erreurs et nos péchés.

La Confirmation est importante pour un chrétien ; elle nous donne la force de défendre la foi et de répandre l’Évangile avec courage.

Seigneur Jésus, rends-nous capables d’aimer comme toi.

Apprenons de Jésus à prier, à pardonner, à semer la paix, à être proches de celui qui est dans le besoin.

Chers malades, ne perdez pas l’espérance, même dans les moments plus durs de la souffrance. Le Christ est proche de vous.

Prions pour la paix en Afrique, spécialement en République Centrafricaine et dans le Sud Soudan.

Jeunes, n’ayez pas peur de vous marier : unis dans un mariage fidèle et fécond, vous serez heureux !

Prions pour les séminaristes, afin qu’ils écoutent la voix du Seigneur et la suivent avec courage et avec joie.

Je salue toutes les personnes malades et souffrantes. Le Christ crucifié vous est proche : accrochez-vous à lui !

( 11 février ) Aujourd’hui, je vous invite à prier ensemble avec moi pour Sa Sainteté Benoît XVI, un homme de grand courage et d’humilité.

Prions pour tous les prêtres bons et fidèles qui se dévouent au service de leur peuple avec générosité et sacrifice silencieux.

Les sacrements, spécialement la Confession et l’Eucharistie, sont des lieux privilégiés de rencontre avec le Christ.

Quelle saveur acquiert la vie quand on se laisse inonder par l’amour de Dieu !

Le monde fait regarder vers nous-mêmes, l’avoir, le plaisir. L’Évangile nous invite à nous ouvrir aux autres, à partager avec les pauvres.

Chers jeunes, Jésus nous donne la vie, la vie en abondance. Près de lui, nous aurons la joie dans le cœur, et le sourire aux lèvres.

C’est important d’avoir des amis à qui se confier. Mais il est essentiel d’avoir confiance dans le Seigneur qui ne nous déçoit jamais.

Que la Journée mondiale de la Vie consacrée soit une occasion propice pour redécouvrir la place centrale de Jésus Christ dans notre vie

Parfois nous sommes tristes à cause de nos péchés. Ne nous décourageons pas: le Christ est venu ôter tout cela, il nous donne la paix.

Dieu ne se révèle pas pas dans la force ou dans la puissance, mais dans la faiblesse et dans la fragilité d'un nouveau-né.

Chers jeunes, Jésus veut être votre ami, et il veut que vous transmettiez partout la joie de cette amitié.

Chers amis, je vous remercie de vos vœux chaleureux que vous m'avez adressés pour les fêtes de Noël. Que le seigneur vous bénisse tous !

Laissons une place libre à table : une place pour celui qui manque de nécessaire, pour celui qui est demeuré seul.

Contemplons l'humilité du fils de Dieu né pauvre. Imitons-le dans le partage avec les personnes les plus faibles.

Arrêtons-nous devant l'enfant de Bethléem, laissant la tendresse de Dieu réchauffer notre cœur.

Aucun ancien ne devrait être comme « exilé » de nos familles. Les personnes âgées sont un trésor pour la société.

Le seigneur frappe à la porte de notre cœur. Peut-être avons-nous mis un petit écriteau où il est écrit : « ne pas déranger » ?

Disons toujours merci à Dieu, surtout pour sa patience et sa miséricorde.

Prions pour la paix, et cherchons à la construire en commençant à la maison !

Comme la prière est puissante ! Ne perdons jamais le courage de dire : Seigneur, donne-nous ta paix.

Les guerres brisent tant de vie. Je pense spécialement aux enfants volés de leur enfance.

Il ne suffit pas d'être chrétien, il faut vivre la foi, non seulement par des paroles, mais par les œuvres.

Si nous vivons la foi au quotidien, même le travail devient une occasion pour transmettre la joie d'être chrétiens.

Comme Marie, gardons en nous la lumière allumée à Noël, portons là partout dans la vie de chaque jour.

Nous sommes appelés à vivre notre Baptême chaque jour, comme nouvelles créatures revêtues du Christ.

Il est facile de se tourner vers Dieu pour demander, nous le faisons tous. Quand apprendrons-aussi à le remercier et à l'adorer ?

Chers jeunes, ne vous contentez pas d'une vie médiocre. Laissez-vous séduire par ce qui est vrai et beau, par Dieu !

Prions pour l'unité des chrétiens. Elles sont nombreuses et très précieuses les choses qui nous unissent.

Je ne peux imaginer un chrétien qui ne sache pas sourire. Cherchons à donner un témoignage joyeux de notre foi.

Personne ne se sauve tout seul. La dimension communautaire est essentielle dans la vie chrétienne.

Puisons à la crèche la joie et la paix profonde que Jésus vient apporter dans le monde.

Dans le visage de l’Enfant-Jésus nous contemplons le visage de Dieu. Venez, adorons !

Marie, notre Mère, est toute belle parce qu’elle est pleine de grâce.

Que la joie de l’Évangile soit toujours dans vos cœurs, spécialement en ce temps de Noël !

Devant la crèche, prions de façon spéciale pour ceux qui souffrent la persécution à cause de leur foi.

À Noël, le Christ vient parmi nous : c’est le moment favorable pour une rencontre personnelle avec le Seigneur.

Le Seigneur vient. Attendons-le avec un cœur ouvert !

Noël est une fête souvent bruyante : cela nous fera du bien de rester un peu en silence, pour écouter la voix de l’Amour.

L’Avent est un chemin vers Bethléem. Laissons-nous attirer par la lumière de Dieu fait homme.

Cherchons à vivre Noël de manière cohérente avec l’Évangile, en accueillant Jésus au centre de notre vie.

Prions pour que Dieu nous accorde la grâce de voir un monde où personne ne doive jamais mourir de faim.

L’amour de Dieu n’est pas vague. Dieu pose son regard d’amour sur chaque homme et sur chaque femme, avec son nom et son prénom.

Ne nous résignons-pas à penser à un Moyen Orient sans les chrétiens. Prions chaque jour pour la paix !

Voici l’espérance chrétienne : l’avenir est dans les mains de Dieu.

Ne crains pas d’aller te confesser : dans ce sacrement, tu rencontres Jésus qui te pardonne.

On ne peut penser à une Église sans joie. La joie de l’Église est celle-là : annoncer à tous le nom de Jésus !

Que Marie, notre Mère, nous soutienne dans les moments d’obscurité, de difficulté, d’échec apparent !

Si quelqu’un demande de l’aide, nous arrêtons-nous ? Il y a tant de souffrance et de pauvreté, et il y a tant besoin de bons samaritains !

Chers jeunes, je vous invite à mettre vos talents au service de l’Évangile, avec créativité et avec une charité sans frontières.

La croix est le prix de l’amour véritable. Seigneur, donne-nous la force d’accepter et de porter notre croix !

La sainteté ne signifie pas faire des choses extraordinaires, mais faire celles qui sont ordinaires avec amour et avec foi.

Nous sommes tous appelés à l’amitié avec Jésus. N’ayez pas peur de vous laisser aimer par le Seigneur.

Tes péchés sont grands ? Dis au Seigneur : pardonne-moi, aide-moi à me relever, transforme mon cœur !

L’Église nous appelle tous à nous laisser envelopper par la tendresse et le pardon du Père.

Pour nous, il est difficile de pardonner les autres. Seigneur, donne-nous ta miséricorde, pour pardonner toujours.

Apprenons à être dociles à la Parole de Dieu, prêts pour les surprises du Seigneur qui nous parle.

L’Église est missionnaire. Le Christ nous envoie porter la joie de l’Évangile au monde entier.

Vivre la charité signifie ne pas chercher son propre intérêt, mais porter les fardeaux des plus faibles et des plus pauvres.

Les sacrements sont la présence de Jésus Christ en nous. Pour cela, il est important de se confesser et de communier.

Le Royaume des cieux est pour ceux qui mettent leur sécurité dans l’amour de Dieu, non dans les choses matérielles.

Être saint n’est pas le privilège d’un petit nombre, mais une vocation pour tous.

Les saints ne sont pas des super-hommes. Ce sont des personnes qui ont l’amour de Dieu au cœur, et transmettent cette joie aux autres !

Confesser nos péchés nous coûte un peu, mais nous apporte la paix. Nous sommes pécheurs, et nous avons besoin du pardon de Dieu.

Jésus a voulu conserver ses plaies pour nous faire sentir sa miséricorde. Elle est notre force, notre espérance.

Chers jeunes, soyez toujours des missionnaires de l’Évangile, chaque jour et en tout lieu !

Ayez soin de la création. Mais surtout, prenez soin des personnes qui n’ont pas le nécessaire pour vivre.

Rappelons-nous les Philippines, le Vietnam et toute la région frappée par le typhon Haiyan. Soyez généreux dans la prière et l’aide concrète

Dieu nous aime. Découvrons la beauté d’aimer et de se sentir aimés.

Notre vie doit être centrée sur l’essentiel : sur Jésus Christ. Tout le reste est secondaire.

L’Année de la Foi va s’achever. Seigneur, aide-nous en ce temps de grâce à prendre l’Évangile au sérieux !

Les saints sont des personnes qui appartiennent pleinement à Dieu. Ils n’ont pas peur d’être raillés, incompris ou marginalisés.

Pour rester fidèles à l’Évangile et cohérents avec lui, il nous faut du courage.

Je remercie tous les missionnaires, hommes et femmes qui travaillent beaucoup pour le Seigneur et pour leurs frères sans faire de bruit

La lutte contre le mal est dure et longue ; il est essentiel de prier avec constance et patience

Un chrétien sait affronter les difficultés, les épreuves – même les échecs avec sérénité et espérance dans le Seigneur

Si les biens matériels et l’argent deviennent le centre de la vie, ils nous happent et nous rendent esclaves

Nous sommes tous pécheurs. Mais Dieu nous guérit avec l’abondance de sa grâce, de sa miséricorde et de sa tendresse

Chers Follower, j’ai appris que vous êtes plus de 10 millions ! Je vous remercie de tout cœur vous demandant de continuer à prier pour moi

Nous participons trop souvent à la mondialisation de l’indifférence ; cherchons au contraire à vivre une solidarité mondiale

La culture du déchet produit beaucoup de fruits amers, du gaspillage de la nourriture à l’isolement de nombreuses personnes âgées

Être chrétien veut dire renoncer à nous-même, prendre la croix et la porter avec Jésus. Il n’y a pas d’autre chemin.

Le crucifix ne nous parle pas de défaite, d’échec ; il nous parle d’un Amour qui vainc le mal et le péché

Pour connaître le Seigneur, il est important de le fréquenter : l’écouter en silence devant le tabernacle, s’approcher des sacrements.

Suivre Jésus veut dire le mettre à la première place, se dépouiller de beaucoup de choses qui étouffent notre cœur.

Ne nous résignons pas en face du mal. Dieu est Amour qui a vaincu le mal dans la mort et la résurrection du Christ.

Notre prière ne peut se réduire à une heure, le dimanche ; il est important d’avoir une relation quotidienne avec le Seigneur.

Chers jeunes, n’ayez pas peur de faire des pas définitifs dans la vie. Ayez confiance, le Seigneur ne vous laisse pas seuls !

Quand nous rencontrons la croix, tournons-nous vers la Vierge Marie : notre Mère, donne-nous la force d’accepter et d’embrasser la croix !

Le mystère de la Croix, un mystère d’amour, ne peut se comprendre que dans la prière. Prier et pleurer à genoux devant la Croix.

Le secret de la vie chrétienne est l’amour. Seul l’amour remplit les vides, les gouffres négatifs que le mal ouvre dans les cœurs !

La miséricorde est la véritable force qui peut sauver l’homme et le monde du péché et du mal

Chers jeunes, vous avez des projets et des rêves pour l’avenir. Mettez-vous le Christ au centre de chacun de vos projets et de vos rêves ?

Prions-nous véritablement ? Sans une relation constante avec Dieu, il est difficile d’avoir une vie chrétienne authentique et cohérente

Là où nous voyons haine et obscurité, cherchons à apporter un peu d’amour et d’espérance, pour donner un visage plus humain à la société

Tous les mariages affrontent des moments difficiles, mais ces expériences de la croix peuvent rendre le chemin de l’amour encore plus fort

Nous ne deviendrons pas chrétiens par nos propres forces. La foi est avant tout un don de Dieu qui nous est donné dans l’Église et par elle

Le pardon de Dieu est plus fort que tout péché

Demandons au Seigneur d’avoir la tendresse qui nous fait regarder les pauvres avec compréhension et amour, sans calculs et sans craintes

L’Église n’a pas d’autre sens ni d’autre but que de témoigner de Jésus. Ne l’oublions jamais !

La vraie charité demande un peu de courage : dépassons la peur de nous salir les mains pour aider les plus nécessiteux

Le Christ est toujours fidèle. Prions pour lui être toujours fidèles nous aussi

Nous sommes tous pécheurs, mais nous vivons la joie du pardon de Dieu et nous marchons, confiants dans sa miséricorde

Il y a beaucoup de nécessiteux dans le monde d’aujourd’hui. Suis-je enfermé sur moi-même ou suis-je sensible à celui qui a besoin d’aide ?

Chercher son bonheur dans la possession de choses matérielles est une manière assurée de ne pas être heureux

Parfois, on peut vivre sans connaître ses voisins : ce n’est pas vivre en chrétiens

Jésus est le soleil, Marie est l’aurore qui annonce son lever

Suivre Jésus signifie partager son amour miséricordieux pour chaque être humain

L’unique guerre que tous nous devons faire est celle contre le mal

Je voudrais remercier tous ceux qui ont adhéré à la veillée de prière et au jeûne pour la paix

L’humanité a besoin de voir des gestes de paix et d’entendre des paroles d’espérance et de paix !

Je demande d’entreprendre courageusement et résolument la voie de la rencontre et de la négociation

Nous ne pouvons jamais perdre l’espérance. Dieu nous comble de sa grâce, si nous la lui demandons avec persévérance.

Priez pour la paix !

Qu’une chaîne d’engagement pour la paix unisse tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté !

Chers jeunes, priez avec moi pour la paix dans le monde

La paix est un bien qui dépasse toute barrière, parce qu’elle est un bien de toute l’humanité

Il n’existe pas un Christianisme à bas prix. Suivre Jésus signifie aller à contre-courant en renonçant au mal et à l’égoïsme

De toutes mes forces, je demande aux parties en conflit de ne pas s’enfermer dans leurs propres intérêts.

Que partout sur la terre s’élève avec force le cri de la paix !

Avec une particulière fermeté, je condamne l’usage des armes chimiques !

Nous voulons que dans notre société, déchirée par des divisions et des conflits, explose la paix

En venant parmi nous, Jésus transforme notre vie. En Lui nous voyons que Dieu est amour. Il est fidélité. Il est la vie qui se donne.

Que de souffrance, que de dévastation, que de douleur a provoqué et provoque l’usage des armes

Nous voulons un monde de paix, nous voulons être des hommes et des femmes de paix

Plus jamais la guerre ! Plus jamais la guerre !

Prions pour la paix : la paix dans le monde et dans le cœur de chaque personne.

Demandons à Marie de nous aider à maintenir le regard bien fixé sur Jésus, à le suivre toujours, même quand c’est exigeant.

La foi n’est pas un objet décoratif, ornemental. Avoir la foi signifie mettre réellement le Christ au centre de sa vie.

L’amour de Dieu n’est pas quelque chose de vague, de général. L’amour de Dieu a un nom et un visage : Jésus-Christ.

Laissons entrer Jésus dans nos vies en sortant de nos égoïsmes, indifférences et fermetures envers les autres.

Jésus est la porte qui conduit vers le salut, une porte ouverte à tous.

N’aie pas peur de demander pardon à Dieu. Il ne se fatigue jamais de nous pardonner. Dieu est pure miséricorde

Seigneur, enseigne nous à sortir de nous-mêmes. Enseigne nous à sortir dans les rues pour manifester ton amour

Un excellent programme de vie pour nous tous : les Béatitudes et Matthieu 25

Nous ne pouvons pas être des chrétiens à temps partiel. Si le Christ est au centre de notre vie, il est présent en tout ce que nous faisons.

Nous ne pouvons pas dormir tranquilles alors que des enfants meurent de faim et que des personnes âgées n’ont pas d’assistance médicale.

(15 août) Marie, Mère de Dieu, prie pour nous pécheurs, et guide-nous sur la voie qui conduit au Ciel.

Etre fils de Dieu et frères entre nous : voilà le cœur de l’expérience chrétienne

On ne peut pas séparer le Christ de l’Eglise. La grâce du Baptême nous donne la joie de suivre le Christ dans et avec l’Eglise

Nous sommes tous des vases d’argile, fragiles et pauvres, mais dans lesquels se trouve le trésor immense que nous portons

Par sa venue parmi nous Jésus s’est fait proche, il nous a touchés ; aujourd’hui encore, par les Sacrements, il nous touche

La lumière de la foi illumine toutes nos relations et nous aide à les vivre en union avec l’amour du Christ pour les vivre comme Lui

La certitude de la foi ne nous rend ni immobiles ni fermés, mais nous met en chemin pour rendre témoignage à tous et dialoguer avec tous

Chers jeunes, cela vaut la peine de parier sur le Christ et sur l’Evangile, de tout risquer pour de grands idéaux.

Maintenant, chers jeunes, nous devons continuer à vivre jour après jour ce que nous avons professé ensemble aux JMJ

Une semaine à Rio inoubliable ! Merci à tous. Priez pour moi.

Je retourne chez moi, et je vous assure que ma joie est beaucoup plus grande que ma fatigue

Je remercie profondément tous ceux qui ont travaillé pour le succès des JMJ et j’embrasse tous les participants.

Laissons notre vie s’identifier à celle de Jésus, afin d’avoir ses sentiments et ses pensées.

Chers jeunes, soyez de vrais « athlètes du Christ » ! Jouez dans son équipe !

Nous ne pouvons pas rester enfermés dans notre paroisse, dans nos communautés, quand tant de personnes sont en attente de l’Evangile.

Chers jeunes puissiez-vous apprendre à prier tous les jours : c’est le moyen de connaître Jésus et de le faire entrer dans notre vie.

Les Evêques sont les pasteurs du Peuple de Dieu. Suivons-les avec courage et confiance.

Il n’y a pas dans notre vie de croix, grande ou petite, que le Seigneur ne partage avec nous.

Le vendredi nous rappelle tout ce que Jésus a souffert pour nous. Fais, Seigneur, que nous n’oublions jamais combien tu nous aimes

Quelle fête inoubliable d’accueil à Copacabana ! Que Dieu vous bénisse tous !

La grandeur d’une société se mesure à la manière dont elle traite celui qui est le plus dans le besoin, celui qui n’a que sa pauvreté.

La vie chrétienne ne se limite pas à la prière, mais demande un engagement continuel et courageux qui naît de la prière.

Que le sport soit toujours un moyen d’échange et de croissance, et jamais de violence ni de haine.

Remercions le bienheureux Jean-Paul II pour les JMJ et pour tant de vocations qui sont nées durant ces 28 journées.

Ne l’oublions jamais, chers jeunes: la Vierge Marie est notre Maman et c’est avec son aide que nous pouvons rester fidèles à Jésus.

Chers jeunes, le Christ a confiance en vous et vous confie sa mission : allez, faites des disciples.

L’Eglise est jeune et cela se voit vraiment bien aux JMJ. Que le Seigneur nous garde chacun toujours jeune de cœur.

Merci. Merci. Merci à vous tous et à toutes les autorités pour ce magnifique accueil à Rio.

Aujourd’hui nous commençons une semaine merveilleuse à Rio; qu’elle soit une occasion pour approfondir notre amitié avec Jésus-Christ

J’arrive au Brésil dans quelques heures et mon cœur est déjà rempli de joie parce que bientôt je serai avec vous pour les 28ème JMJ

Combien voudraient être à Rio pour les JMJ mais ne le peuvent pas! Qu’ils se sentent les bienvenus parmi nous par la prière

Chers jeunes; je sais que beaucoup d’entre vous êtes encore en route pour Rio. Que le Seigneur vous accompagne en chemin

Beaucoup d’entre vous, chers jeunes, êtes déjà arrivés à Rio, et d’autres arrivent en ce moment. Nous nous y verrons dans trois jours

En cette Année de la foi, rappelons-nous que la foi n’est pas notre propriété, mais qu’elle doit être partagée. Tout chrétien est un apôtre

Dieu a beaucoup de miséricorde envers nous. Apprenons, nous aussi, à avoir miséricorde envers les autres, surtout ceux qui souffrent

Dans la vie chrétienne la prière, l’humilité et la charité envers tous sont essentielles : c’est le chemin de la sainteté

Pour un chrétien, la vie n’est pas le produit du pur hasard, mais le fruit d’un appel et d’un amour personnel.

En cette Année de la foi cherchons à faire chaque jour quelque chose de concret pour mieux connaître Jésus-Christ

Seigneur, donne-nous la grâce de pleurer sur notre indifférence, sur la cruauté qu’il y a dans le monde et en nous

Si nous voulons suivre le Christ de près, nous ne pouvons pas chercher une vie facile et tranquille. Elle sera engagée mais pleine de joie

Un chrétien est toujours rempli d’espérance ; il ne peut jamais se décourager

Prions pour avoir un cœur qui accueille les immigrés. Dieu nous jugera sur la façon dont nous aurons traités ceux qui sont dans le besoin

Dans la prière, le Seigneur nous parle par les Saintes Ecritures. Apprenons à rester en silence devant Lui, en méditant l’Evangile

jésus n’est pas seulement un ami. Il est un maître de vérité et de vie qui révèle la voie pour atteindre le bonheur

L’amour du Christ et son amitié ne sont pas une illusion. Jésus sur la Croix montre combien ils sont réels

On ne peut vivre en chrétiens en dehors du roc qu’est le Christ. Le Christ nous donne solidité et fermeté, mais aussi joie et sérénité.

Un chrétien ne peut jamais être mécontent ou triste. Celui qui aime le Christ est une personne pleine de joie et qui répand la joie !

Apprenons à « perdre notre vie » pour le Christ, selon la logique du don et du sacrifice. Avec le Christ nous ne perdons rien !

Jésus ne nous a pas sauvés par une idée. Il s’est abaissé et s’est fait homme. La Parole s’est faite chair

La charité, la patience et la tendresse sont de magnifiques trésors. Et quand tu les as, tu veux les partager avec les autres

Sommes-nous prêts à nous engager en chrétiens cohérents, 24 heures sur 24, pour rendre témoignage par notre parole et par notre exemple ?

Tous pécheurs, demandons au Seigneur de ne pas être hypocrites. Les hypocrites ignorent tout du pardon, de la joie, de l’amour de Dieu.

Si nous avons découvert le sens de la vie en Jésus, nous ne pouvons pas être indifférents devant quelqu’un qui souffre ou qui est triste.

N’oublions jamais que c’est le Seigneur qui guide l’Église. C’est lui qui rend fécond notre apostolat.

Le Chrétien est prêt à annoncer l’Évangile, car il ne peut pas garder pour lui-même la joie qui naît de la connaissance du Christ.

Sommes-nous en colère contre quelqu’un ? Prions pour cette personne. Ceci est l’amour chrétien.

Que l’Église soit toujours un lieu de miséricorde et d’espérance, où chacun puisse se sentir accueilli, aimé et pardonné.

Combien de pauvretés morales et matérielles viennent aujourd’hui du refus de Dieu et du fait de mettre à sa place tant d’idoles !

Nous ne devons pas avoir peur de la solidarité, ni de mettre ce que nous sommes et ce que nous avons à la disposition de Dieu.

Avec la "culture du déchet", la vie humaine n’est plus perçue comme une valeur fondamentale à respecter et à protéger

L’esprit de consommation nous a habitués au gaspillage. Mais la nourriture jetée, c’est comme si elle était volée aux pauvres et aux affamés

Garder la création est une indication de Dieu donnée non seulement au début de l’histoire, mais à chacun de nous ; c’est dans son projet !

Le Christ nous invite à sortir toujours plus de nous-mêmes, pour nous donner aux autres et les servir.

Parfois nous savons ce que nous devons faire, mais nous n’en avons pas le courage. Recevons le de Marie, en nous remettant à Dieu.

La logique du monde nous pousse vers le succès, le pouvoir, l’argent ; la logique de Dieu vers l’humilité, le service et l’amour.

En cette Année de la foi, demandons au Seigneur que l’Église soit toujours plus une vraie famille qui porte l’amour de Dieu à tous

Toute l’histoire du salut est l’histoire de Dieu qui cherche l’homme : il lui offre son amour, l’accueille avec tendresse

L’Église naît du geste suprême d’amour de la Croix, du côté ouvert de Jésus. L’Église est une famille dans laquelle on s’aime et on est aimé

Chers jeunes, l’Église attend beaucoup de vous et de votre générosité. Ne perdez pas le courage de viser haut !

Chaque fois que nous suivons notre égoïsme et disons non à Dieu, nous détériorons son histoire d’amour avec nous

Nous avons tous dans le cœur un coin d’incrédulité. Disons au Seigneur : Je crois ! Viens en aide à mon incrédulité !

Il y a des miracles. Mais la prière est nécessaire ! Une prière courageuse, qui lutte, qui persévère, pas une prière de politesse.

Est-ce que je porte la parole de réconciliation et d’amour de l’Évangile là où je vis et où je travaille ?

Vivre l’Évangile, c’est lutter contre l’égoïsme. L’Évangile est pardon et paix ; il est l’amour qui vient de Dieu !

L’Esprit Saint transforme et renouvelle, il crée harmonie et unité, donne courage et joie pour la mission.

Il faut apprendre de Marie ; revivre sa disponibilité totale pour recevoir le Christ dans sa vie

Notre vie est-elle vraiment animée par Dieu ? Que de choses je mets avant Dieu chaque jour !

Nous ne pouvons être chrétiens seulement à temps partiel ! Cherchons à vivre notre foi à chaque instant, chaque jour

C’est Dieu qui donne la vie. Respectons et aimons la vie humaine, particulièrement celle qui est sans défense dans le sein maternel.

Suis-je fidèle au Christ dans ma vie quotidienne ? Suis-je capable de « faire voir » ma foi, avec respect, mais aussi avec courage ?

Prions pour les nombreux chrétiens souffrant de persécution et de violence dans le monde. Que Dieu leur donne le courage de la fidélité.

L’Esprit Saint nous donne un regard nouveau envers les autres, vus toujours comme frères et sœurs en Jésus à respecter et à aimer.

Le don précieux que l’Esprit Saint apporte dans nos cœurs est la confiance profonde en l’amour et en la miséricorde de Dieu.

Je suis venu pour qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en abondance, dit Jésus. Là est la vraie richesse, non la richesse matérielle !

Ne vous contentez pas d’une vie chrétienne médiocre ! Marchez avec résolution vers la sainteté !

Demandons au Seigneur que toute notre vie chrétienne soit un témoignage lumineux de sa miséricorde et de son amour.

Tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il témoigne de l’amour de Dieu. Soyez missionnaires de la tendresse de Dieu !

Demandons à la Vierge Marie de nous enseigner à vivre notre foi dans nos actions quotidiennes, et à donner une place majeure au Seigneur.

Il serait beau, en ce mois de mai, de réciter ensemble en famille le chapelet. La prière raffermit la vie familiale.

Je pense à ceux qui sont sans emploi, souvent à cause d’une mentalité égoïste qui cherche le profit à tout prix.

(1° mai) Chers jeunes, mettez-vous à l’école de saint Joseph. Il a connu des moments difficiles. N’ayant pas perdu confiance, il a pu les surmonter.

Ayons confiance en l’action de Dieu ! Avec lui nous pouvons faire de grandes choses ; il nous fera sentir la joie d’être ses disciples.

Qu’il serait beau si chacun de nous pouvait dire chaque soir : aujourd’hui, j’ai posé un geste d’amour envers les autres !

Le Saint Esprit nous transforme vraiment et veut aussi transformer par nous le monde où nous vivons.

Chers jeunes, n’enfouissez pas vos talents, les dons que Dieu vous a faits ! N’ayez pas peur de rêver à de grands idéaux !

En cette période de crise, il est important de ne pas se renfermer en soi-même, mais de s’ouvrir et d’être attentif à l’autre.

Maintenons vive notre foi par la prière et les sacrements ; soyons vigilants pour ne pas oublier Dieu.

Marie est la femme du « Oui ». Marie, aide-nous à connaître toujours mieux la voix de Jésus et à la suivre.

Nous avons tous dans le cœur un désir d’amour, de vérité, de vie… et Jésus est cela en plénitude !

« Mes brebis écoutent ma voix et je les connais ». La voix de Jésus est unique ! Il nous guide sur le chemin de la vie.

Entrer dans la gloire de Dieu exige la fidélité quotidienne à sa volonté, même si cela requiert le sacrifice

L’Ascension de Jésus au ciel ne dit pas qu’il est absent, mais qu’il est vivant parmi nous de manière nouvelle, proche de chacun de nous

Adorer Dieu veut dire apprendre à rester avec lui, nous dépouiller de nos idoles cachées et le mettre au centre de notre vie

Souvenons-nous en bien tous : on ne peut annoncer l’Évangile de Jésus sans le témoignage concret de la vie

Si nous nous comportons en enfants de Dieu, nous sentant aimés par Lui, notre vie sera nouvelle, pleine de sérénité et de joie !

Être chrétien ne se réduit pas à suivre des commandements, mais c’est laisser le Christ prendre possession de notre vie et la transformer

Comme il est beau le regard de Jésus sur nous, quelle tendresse ! Ne perdons jamais confiance en la miséricorde patiente de Dieu !

Dieu nous aime. N’ayons pas peur de l’aimer. La foi se professe par la bouche et par le cœur, par la parole et par l’amour

Accepte Jésus Ressuscité dans ta vie. Même si tu t’es éloigné, fais un petit pas vers lui : il t’attend à bras ouverts.

Soyez proches de vos prêtres par l’affection et la prière, pour qu’ils soient toujours des pasteurs selon le cœur de Dieu

Vivre la Semaine Sainte c’est entrer toujours plus dans la logique de Dieu, celle de l’amour et du don de soi

Rester avec Jésus exige de sortir de soi-même, d’une façon lasse et routinière de vivre la foi

Nous ne devons pas croire au Malin qui dit que nous ne pouvons rien faire contre la violence, l’injustice, le péché.

Je pense avec joie à Rio de Janeiro ! Je vous donne rendez-vous au mois de juillet prochain dans cette grande ville du Brésil !

Le service est le véritable pouvoir. Le Pape doit servir chacun, particulièrement les plus pauvres, les plus faibles, les plus petits.

Mettons le Christ dans notre vie, prenons soin les uns des autres, protégeons la création avec amour.

(1° message) Chers amis, je vous remercie de grand cœur et je vous demande de continuer à prier pour moi. Pape François